Les dinosaures à plumes pourraient avoir vécu en groupe

Gregory Funston, un paléontologue de l'Université d'Alberta et... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Gregory Funston, un paléontologue de l'Université d'Alberta et auteur principal d'un article scientifique publié lundi dans le journal Nature dit que les chercheurs commencent à réaliser à quel point les oiseaux ont hérité de leurs ancêtres dinosaures.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Un ancien dépôt d'ossements dans un désert éloigné de Mongolie offre des indices saisissant à l'effet que les dinosaures à plumes auraient vécu en groupe pour les mêmes raisons que les oiseaux de nos jours.

Gregory Funston, un paléontologue de l'Université d'Alberta et auteur principal d'un article scientifique publié lundi dans le journal Nature dit que les chercheurs commencent à réaliser à quel point les oiseaux ont hérité de leurs ancêtres dinosaures.

M. Funston et ses co-auteurs ont tiré leurs conclusions d'un large dépôt d'ossements de fossiles d'Avimimus découverts il y a environ 10 ans. Ce dépôt contient vraisemblablement les restes de douzaines de dinosaures à plumes et à bec.

Les scientifiques savent depuis longtemps que des dinosaures vivaient en groupe mais le dépôt Avimimus est unique pour deux raisons.

La première est que des restes de ce type de dinosaures ont seulement été trouvés à quelques endroits dans le monde.

La seconde est encore plus intéressante. Des groupes normaux incluraient à la fois des adultes et des jeunes, mais presque tous les individus retrouvés dans le dépôt mongolien étaient des adultes.

«Cela nous suggère que cela est le résultat d'un comportement, dans lequel le groupe d'adultes exclut les jeunes», a dit M. Funston.

Il pourrait s'agir de comportements liés à la reproduction, ou si l'alimentation d'une espèce change avec l'âge comme chez l'autruche. Ou pour d'autres raisons encore inconnues.

Des recherches supplémentaires sur ces os pourraient être utiles. Si elles démontrent que les mâles sont plus nombreux, cela suggérerait que ce dépôt pourrait être un ancien site d'accouplement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer