Mars: la Nasa détecte de mystérieux nuages de poussière

La sonde Maven a été lancée vers Mars... (Photo NASA, AP)

Agrandir

La sonde Maven a été lancée vers Mars en novembre 2013 pour tenter de percer le mystère de la disparition de son atmosphère et d'une grande partie de son eau.

Photo NASA, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

La sonde Maven de la Nasa a détecté de mystérieux nuages de poussière dans la haute atmosphère de Mars et des aurores boréales similaires à celles qui se produisent sur Terre, a indiqué mercredi l'agence spatiale américaine.

La poussière, dont l'origine est indéterminée, se trouvait à une altitude variant de 150 à 300 kilomètres au-dessus de la surface, un phénomène complètement inattendu, relèvent les scientifiques.

«Si la poussière s'est formée dans l'atmosphère de Mars cela suggère que nous n'avions pas vu jusqu'alors un phénomène atmosphérique important de la planète rouge», relève Laila Andersson, du laboratoire atmosphérique et de physique spatiale de l'Université du Colorado, une scientifique de la mission Maven (Mars Atmosphere and Volatile Evolution).

Le nuage de poussière détecté par deux des instruments de la sonde était présent pendant toute la durée des observations et ces chercheurs ignorent s'il s'agit d'un phénomène temporaire ou durable.

Parmi les sources possibles de ce nuage, ils citent les deux lunes de Mars, Phobos and Deimos, de la poussière portée par les vents solaires ou des débris de comètes.

Mais aucun processus connu des planétologues sur Mars ne peut expliquer l'origine de cette poussière aux endroits où elle se trouve, affirment ces scientifiques.

Maven a également détecté pendant cinq jours d'observations à l'aide d'un spectrographe à ultraviolets des aurores boréales, avant le 25 décembre 2014, baptisées «Les lumières de Noël» entourant la surface de Mars dans l'hémisphère nord.

Les aurores boréales et australes sur la Terre sont provoquées par des particules énergétiques comme des électrons dans les vents solaires frappant l'atmosphère.

«Ce qui a été surtout surprenant dans les aurores boréales martiennes observées en décembre c'est la grande profondeur dans l'atmosphère à laquelle elles se sont produites par rapport à celles sur la Terre ou ailleurs sur Mars dans les observations précédentes», note Arnaud Stiepen, un chercheur de l'Université du Colorado et autre membre de l'équipe scientifique de Maven.

«Les électrons qui ont produit ces aurores boréales devaient vraiment être très chargés d'énergie», ajoute-t-il, estimant que les vents solaires semblent en être la source.

Un instrument de Maven mesurant les particules solaires a détecté un énorme jaillissement d'électrons énergétiques au moment de l'apparition de l'aurore boréale.

Mars a perdu une grande partie de son champ magnétique, comme celui qui protège la Terre contre les vents solaires, il y a des milliards d'années. Les vents solaires peuvent de ce fait frapper directement l'atmosphère martienne.

Ces observations font l'objet d'une présentation à la conférence des sciences lunaires et planétaires qui se tient cette semaine à The Woodlands au Texas.

La sonde Maven a été lancée vers Mars en novembre 2013 pour tenter de percer le mystère de la disparition de son atmosphère et d'une grande partie de son eau.

Maven s'est insérée en orbite de la planète rouge le 21 septembre 2014 et mène depuis quatre mois sa mission scientifique, qui doit durer au total un an.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer