Israël gagné par le phénomène des clowns sinistres

Le phénomène des clowns sinistres a commencé à... (photo saul loeb, archives agence france-presse)

Agrandir

Le phénomène des clowns sinistres a commencé à être signalé en août 2016 en Caroline du Sud, avant de faire des émules ailleurs aux États-Unis, où plus de 20 États ont rapporté des incidents, puis au Canada, en Europe, en Amérique du Sud et en Australie.

photo saul loeb, archives agence france-presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Jérusalem

Israël est gagné à son tour par le phénomène des clowns sinistres: la police a indiqué lundi avoir récemment arrêté une douzaine de jeunes arborant des masques pour terrifier les passants à l'improviste.

Israël a vu se multiplier un peu partout sur son territoire les apparitions de personnages sortis de nulle part avec un masque de clown et terrorisant les badauds dans la rue ou dans les parcs, parfois en brandissant de fausses haches ou des couteaux factices.

La presse a notamment rapporté le cas d'une fillette de dix ans attaquée la semaine passée par un groupe d'adolescents déguisés en clowns qui l'ont aspergée de vaporisateur au poivre à Beer-Sheva (sud).

La police avait rapporté il y a quelques jours avoir interpellé des dizaines de mauvais plaisantins, sans préciser depuis quand, mais en ajoutant qu'elle montrerait «zéro tolérance» à l'encontre de ceux qui se prêteraient à ce genre de pratiques.

Cette mise en garde semble ne pas avoir eu l'effet escompté. Au cours des derniers jours, une douzaine de jeunes, dont deux âgés de 14 ans, ont été interpellés, a dit à l'AFP un porte-parole de la police, Micky Rosenfeld.

«Les opérations de police se poursuivent pour protéger les lieux publics et éviter d'autres incidents», a-t-il ajouté.

M. Rosenfeld a minimisé la gravité des faits en soulignant que les facétieux cherchaient à faire peur, pas à faire mal.

Mais la police s'inquiète que la plaisanterie tourne mal et que, dans un pays régulièrement confronté à des attaques au couteau de la part de Palestiniens et où beaucoup de particuliers portent des armes, des passants croient à un véritable attentat et ripostent.

«Il est rigoureusement interdit de se faire justice soi-même», a ainsi affirmé la police dans un communiqué.

Un clown a reçu un coup de couteau de la part d'un citoyen auquel il pensait faire peur, également à Beer-Sheva, selon la presse.

Le maire de la ville, Ruvik Danilovich, a appelé les jeunes à ne pas se livrer à ce genre de «triste et très dangereux canular».

Devant l'ampleur du phénomène, le ministère de l'Éducation a demandé aux enseignants d'être à l'écoute des élèves qui auraient été les victimes de clowns malveillants.

Cette tendance est associée par certains à la sortie en Israël, mi-septembre, de l'adaptation cinématographique du roman de Stephen King, It, qui met en scène un clown malfaisant hantant des adolescents.

Le phénomène des clowns sinistres a commencé à être signalé en août 2016 en Caroline du Sud, avant de faire des émules ailleurs aux États-Unis, où plus de 20 États ont rapporté des incidents, puis au Canada, en Europe, en Amérique du Sud et en Australie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer