Un kamikaze tue cinq personnes au centre de Kaboul

La déflagration s'est produite alors que de nombreuses... (AP)

Agrandir

La déflagration s'est produite alors que de nombreuses personnes étaient censées venir chercher leur salaire à la banque avant la grande fête musulmane de l'Aïd al-Adha ce week-end. Les salaires des forces de sécurité et des employés du gouvernement transitent en général par la Kaboul Bank.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emal HAIDARY
Agence France-Presse
Kaboul

Au moins cinq personnes ont été tuées et huit autres blessées dans un attentat-suicide mardi matin près d'une agence bancaire dans une rue commerçante du centre de Kaboul, qui a été revendiqué par les talibans afghans.

C'est la dernière en date d'une série d'attaques meurtrières dans la capitale afghane. Il y a trois mois, un attentat dévastateur au camion piégé avait frappé le quartier diplomatique de Kaboul, faisant environ 150 morts et 400 blessés, pour la plupart des civils.

L'explosion de mardi a été provoquée par un kamikaze vers 10h00 heure locale (01H30 Heure de l'Est) à l'extérieur d'une filiale de la banque privée Kaboul Bank à proximité de la place Massoud, a déclaré à l'AFP Najib Danish, un porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur.

«Le dernier bilan de l'attaque terroriste d'aujourd'hui fait état de cinq personnes tuées, dont un garde, et de huit civils blessés», a-t-il précisé.

La déflagration s'est produite à un moment où de nombreuses personnes étaient censées se rendre à la banque pour y chercher leur salaire avant la grande fête musulmane de l'Aïd al-Adha ce week-end. Les rémunérations des membres des forces de sécurité et des employés du gouvernement transitent en général par la Kaboul Bank.

La rue concernée est une artère très fréquentée qui mène jusqu'à la place Massoud près de l'ambassade des États-Unis, dans le quartier diplomatique. Le site était jonché de débris de verre et de métal et de taches de sang, a constaté l'AFP.

«J'étais au volant quand j'ai entendu un grand boum. L'explosion était si forte qu'elle a brisé les vitres de ma voiture. J'ai vu des gens qui hurlaient et pleuraient près de la banque», a déclaré un témoin à l'AFP.

Les talibans ont revendiqué l'attentat via le compte Twitter de leur porte-parole. Les insurgés ont mené ces derniers temps une série d'attaques à la faveur de la saison estivale qui voit habituellement un regain de violences.

Il survient en outre quelques jours après que le président américain Donald Trump a ouvert la voie au déploiement de milliers de soldats américains supplémentaires en Afghanistan, une décision saluée par les autorités afghanes.

Soutien de la Chine

Les talibans, qui réclament un retrait total des troupes internationales et ont régné sur le pays de 1996 à 2001, ont réagi en promettant de faire de l'Afghanistan un «nouveau cimetière» pour les Américains.

Le Pakistan a pour sa part mal accueilli certains des propos de M. Trump, qui l'a accusé d'être «souvent un refuge pour les agents du chaos, de la violence et de la terreur».

Islamabad a réagi en repoussant la visite prévue pour lundi de la diplomate américaine Alice Wells, émissaire pour l'Asie centrale et méridionale. Le Pakistan a également annoncé des pourparlers avec l'envoyé chinois pour les affaires afghanes. La Chine a ouvertement apporté son soutien à son partenaire et voisin le Pakistan après les accusations de M. Trump.

La population afghane paie un très lourd tribut au conflit qui a débuté avec l'invasion américaine il y a 16 ans pour chasser du pouvoir les talibans.

Treize civils ont été tués lundi dans des frappes aériennes des forces afghanes ayant visé une base talibane dans la province occidentale de Hérat, ont déclaré des responsables locaux mardi. Le ministère de la Défense a confirmé les frappes mais dit qu'il allait enquêter au sujet des civils.

Le nombre des civils tués a atteint un pic depuis le début des statistiques en 2009. Au cours du seul premier semestre 2017, 1662 personnes ont péri et plus de 3500 ont été blessées, selon l'ONU.

Depuis la fin de la mission de combat de l'OTAN en Afghanistan, l'armée et la police afghanes sont à la peine pour faire face aux insurgés, en même temps qu'elles affrontent la menace croissante du groupe État islamique. Ce dernier a revendiqué un attentat contre une mosquée chiite qui a fait 28 morts vendredi à Kaboul.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer