Jordanie: abolition d'une loi autorisant un violeur à épouser sa victime

Des femmes ont manifesté à Amman peu avant... (Photo Reem Saad, AP)

Agrandir

Des femmes ont manifesté à Amman peu avant le vote du Parlement jordanien pour dénoncer l'article controversé 308.

Photo Reem Saad, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
AMMAN

Un article de loi controversé autorisant l'auteur d'un viol à épouser sa victime pour échapper à la prison a été aboli mardi par le Parlement jordanien, a rapporté l'agence de presse officielle Petra.

«Les députés ont convenu d'annuler l'article controversé 308 qui permettait au violeur d'épouser sa victime pour échapper au châtiment», a indiqué Petra. Cette mesure a été prise dans le cadre du projet d'amendement du code pénal 2017 adopté par le Parlement.

Des organisations de défense des droits de la personne militaient depuis plusieurs années pour abolir cet article, qui permettait aux violeurs d'éviter la prison s'ils acceptaient d'épouser leur victime. Cette dernière se trouvait ainsi contrainte de se marier avec son bourreau.

Le premier ministre Hani Mulqi a affirmé «l'engagement du gouvernement quant à l'annulation de l'article 308 pour consolider la protection de la famille jordanienne».

Des militants des droits de la personne ont aussitôt salué l'abolition de l'article.

«Le retrait de cet article est une victoire pour toutes les victimes de viol», s'est réjouie Eva Abou Halaweh, avocate à la tête du groupe Mizan. Il intervient «après des années d'efforts colossaux des organisations de la société civile», a-t-elle souligné.

Sarah Leah Whitson, de l'ONG Human Rights Watch (HRW), a tweeté: «BRAVO la Jordanie pour avoir abrogé l'odieux article 308 (...) Les pays arabes doivent suivre. Les femmes ne sont PAS une propriété».

En Jordanie, des femmes sont tuées par chaque année par des proches qui invoquent des raisons d'«honneur» de la famille après des relations sexuelles avant ou hors mariage, selon les autorités.

Les meurtriers dans ce genre d'affaires risquent la peine de mort, mais les tribunaux font souvent preuve de clémence.

Plus de 160 cas de viol ont été recensés dans le royaume en 2016, selon des chiffres officiels.

La semaine dernière, la Tunisie a voté une loi contre les violences faites aux femmes supprimant une disposition similaire.

Selon HRW, plusieurs pays arabes conservent de telles législations, dont l'Algérie, l'Irak, la Libye, la Syrie, le Koweït et les Territoires palestiniens.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer