Les Émirats accusent Al-Jazeera d'antisémitisme et d'appels à la haine

Al-Jazeera est notamment accusée par le ministre d'État aux... (PHOTO ÉRIC GAILLARD, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Al-Jazeera est notamment accusée par le ministre d'État aux Affaires étrangères des Émirats de faire «la promotion d'un antisémitisme violent».

PHOTO ÉRIC GAILLARD, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ABOU DHABI

Un haut responsable d'Abou Dhabi a accusé la télévision du Qatar Al-Jazeera, dont la fermeture est demandée par l'Arabie saoudite et ses alliés arabes, d'antisémitisme et d'appels à la discrimination et à la haine.

Dans une lettre publiée mercredi, le ministre d'État aux Affaires étrangères des Émirats Anwar Gargash répond à l'ONU, qui s'était inquiétée fin juin des appels à la fermeture d'Al-Jazeera, y voyant une atteinte à la liberté de la presse.

«Al-Jazeera a fait la promotion d'un antisémitisme violent en diffusant le prêche du chef spirituel des Frères musulmans Youssef al-Qaradoui dans lequel il a rendu hommage à Hitler, qualifié l'holocauste de "punition divine" et demandé à Allah de prendre la bande du peuple juif et des sionistes (...) et de les tuer jusqu'au dernier», écrit M. Gargash.

La lettre, datée du 9 juillet et diffusée mercredi par le Conseil national des médias des Emirats arabes, accuse également Al-Jazeera à travers d'autres exemples d'avoir «incité à la violence et à discrimination», comme en donnant la parole à l'ancien chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden.

Le 30 juin, le Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Zeid Ra'ad Al Hussein avait jugé «inacceptable» la demande de fermeture d'Al-Jazeera. «L'exigence d'une fermeture (...) est, à notre avis, une attaque inacceptable du droit à la liberté d'expression et d'opinion», avait-il affirmé.

Cette fermeture fait partie d'une liste de 13 demandes formulées par les adversaires du Qatar -l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes et l'Égypte. Ces pays ont rompu le 5 juin avec Doha, en l'accusant notamment de «soutenir le terrorisme» et lui ont imposé des sanctions économiques.

Le Qatar nie ces accusations.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer