Campagne anti-Soros en Hongrie: Israël se rétracte

Une affiche publiée par le gouvernement hongrois, installée... (ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Une affiche publiée par le gouvernement hongrois, installée dans un abribus à Budapest, indique, : «Ne laissez pas George Soros avoir le dernier mot».

ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Jérusalem

Israël s'est rétracté après son appel à stopper en Hongrie une campagne nationale d'affichage contre George Soros, affirmant que les critiques contre le milliardaire juif américain étaient légitimes.

Samedi, l'ambassadeur d'Israël à Budapest Yossi Amrani a appelé le gouvernement hongrois à cesser cette campagne contre le milliardaire d'origine hongroise, considérée par des organisations juives comme ayant des relents antisémites.

Des milliers d'affiches financées par le gouvernement ont fait leur apparition: un portrait rieur de l'homme d'affaires américain y figure, accompagné du commentaire: «ne laissons pas Soros rire le dernier».

Le slogan fait directement allusion aux accusations récurrentes du pouvoir hongrois, selon lequel le financier de 86 ans, dont la fondation finance de nombreuses ONG en Europe centrale et dans les Balkans, chercherait à s'ingérer dans la politique intérieure en poussant la Hongrie à accueillir des réfugiés.

Les médias locaux ont fait état de graffitis antisémites sur certaines affiches.

«Il est de notre responsabilité morale d'élever la voix et d'appeler les autorités compétentes à exercer leur pouvoir pour faire cesser» cela, a dit M. Amrani. «J'appelle ceux qui sont impliqués dans cette campagne à en reconsidérer les conséquences».

Le gouvernement de Viktor Orban a refusé d'annuler la campagne, invoquant son devoir de défendre la patrie. Il a accusé le «milliardaire spéculateur» de vouloir utiliser sa fortune et les groupes qu'il soutient pour «installer un million de migrants» en Hongrie et dans l'Union européenne.

Mais dimanche soir, apparemment à la demande du bureau du premier ministre Benyamin Néthanyahou, le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem a publié une mise au point.

«Israël déplore toute sorte d'antisémitisme dans n'importe quel pays et se tient au côté des communautés juives partout face à la haine», a-t-il dit dans un communiqué. «C'était le seul objectif du communiqué de l'ambassadeur d'Israël».

«En aucune façon, le communiqué ne visait à délégitimer les critiques contre George Soros, qui discrédite les gouvernements élus démocratiquement en Israël en finançant des organisations qui diffament l'État juif et lui nient le droit de se défendre», selon le ministère.

M. Netanyahu doit se rendre le 18 juillet en Hongrie, la première visite effectuée dans ce pays par un Premier ministre israélien depuis 1989.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer