L'Iran tire des missiles contre «des bases de terroristes» en Syrie

Il s'agit des premiers tirs de missiles de... (PHOTO AFP)

Agrandir

Il s'agit des premiers tirs de missiles de l'Iran hors de son territoire en 30 ans.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Téhéran

Les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime iranien, ont annoncé avoir tiré dimanche depuis l'ouest de l'Iran une série de missiles contre «des bases de terroristes» dans la région de Deir Ezzor en Syrie, contrôlée essentiellement par le groupe armé État islamique (EI).

Il s'agit des premiers tirs de missiles de l'Iran hors de son territoire en 30 ans, depuis la guerre Iran-Irak (1980-1988), selon les médias iraniens.

Ces tirs de missiles sont intervenus en «représailles» aux attentats perpétrés le 7 juin contre le Parlement et le mausolée de l'imam Khomeiny à Téhéran, qui ont fait dix-sept morts et ont été revendiqués par l'EI, ont annoncé les Gardiens dans un communiqué publié sur leur site sepahnews.

Quelques heures auparavant, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avait promis que l'Iran allait «infliger une gifle à ses ennemis, devant les familles des «martyrs» notamment ceux tués en Syrie et en Irak, selon son site internet.

L'Iran est engagé en Irak et en Syrie aux côtés des gouvernements de ces deux pays contre des groupes rebelles et jihadistes, dont l'EI. C'est la première fois que des missiles sont tirés depuis le territoire iranien contre les groupes djihadistes en Syrie.

«Dans cette opération, des missiles de moyenne portée ont été tirés depuis les provinces de Kermanshah et du Kurdistan. Un grand nombre de terroristes ont été tués et leurs équipements et armes détruits», affirme le communiqué des Gardiens.

Mise en garde

L'attaque visait «la base de commandement et de regroupement (...) des terroristes à Deir Ezzor dans l'est de la Syrie», ajoutent les Gardiens de la révolution.

Selon les médias iraniens, les missiles ont parcouru une distance de 650 kilomètres en passant au-dessus du territoire irakien pour frapper leurs cibles à Deir Ezzor.

La télévision iranienne a montré des images présentées comme celles des tirs de ces missiles.

Après le double attentat de Téhéran, les Gardiens avaient affirmé qu'ils «vengeraient le sang versé des innocents».

Dans leur communiqué, les Gardiens de la révolution ont lancé une mise en garde aux «terroristes et leurs protecteurs dans la région et hors de la région».

«En cas de répétition de ces attaques sataniques contre le peuple iranien, ils devront s'attendre à la colère révolutionnaire et les flammes de la vengeance», préviennent-ils.

Les autorités iraniennes ont accusé l'Arabie saoudite, mais aussi les États-Unis de soutenir les groupes djihadistes qui agissent contre l'Iran.

L'Iran a développé ces dernières années un vaste programme balistique avec de nombreux types de missiles, dont des engins d'une portée de 2000 kilomètres.

Le Sénat américain a voté jeudi à une écrasante majorité une nouvelle loi pour adopter de nouvelles sanctions contre l'Iran, accusé de «soutien à des actes terroristes internationaux», et pour son programme balistique.

L'Iran a dénoncé vendredi ce vote en affirmant qu'il était «totalement illégal et illégitime». «Les forces armées iraniennes vont continuer à défendre la sécurité et les intérêts du pays», a déclaré Bahram Ghassemi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères en ajoutant que «le programme balistique de l'Iran était totalement légitime».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer