Vingt policiers afghans tués dans une attaque des talibans

Vingt policiers afghans ont été tués dimanche dans une attaque coordonnée... (Photo Rahmat Gul, archives Associated Press)

Agrandir

Photo Rahmat Gul, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kandahar

Vingt policiers afghans ont été tués dimanche dans une attaque coordonnée contre six de leurs postes dans le sud-est du pays revendiquée par les talibans, ont indiqué des responsables locaux.

«Cette nuit vers 1h00 du matin, un groupe de talibans lourdement armés a lancé une attaque coordonnée contre les barrages de police du district de Shah Joy, dans la province de Zabul», a indiqué à l'AFP le gouverneur provincial, Bismillah Afghanmal.

«L'assaut a duré quatre heures» a précisé le gouverneur.

Une quinzaine de policiers ont été également blessés dans ces attaques, a indiqué un responsable du district, refusant d'être identifié.

«Les talibans ont lancé des attaques groupées coordonnées contre six barrages de la police, des renforts ont été aussitôt envoyés. Vingt policiers ont été tués lors des combats et quinze blessés» a raconté cette source.

Selon les médias locaux, les policiers assaillis ont appelé des journalistes pour les prévenir de l'attaque faute de pouvoir joindre leurs responsables.

Les forces afghanes subissent des pertes considérables face aux attaques des insurgés et plus encore la police que l'armée. En outre le ministère de l'Intérieur est considéré comme l'un des plus corrompus du pays.

Les talibans ont revendiqué cette opération sur leur site internet, affirmant qu'elle s'inscrivait «dans le cadre de l'opération Mansouri», leur traditionnelle offensive de printemps lancée fin avril, dont le nom fait référence au leader du mouvement, le Mollah Omar, abattu en mai 2016 par une attaque de drone américain au Pakistan.

Les talibans ont promis de s'en prendre «principalement» aux «forces étrangères, leurs infrastructures militaires et de renseignement (et à) leurs mercenaires locaux».

«L'ennemi sera visé, harcelé, tué ou capturé jusqu'à ce qu'il abandonne ses derniers postes» assuraient-ils alors.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer