Un Américain favorable à la colonisation bientôt ambassadeur en Israël

David Friedman... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

David Friedman

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le Sénat des États-Unis a confirmé la nomination du prochain ambassadeur de Washington en Israël, David Friedman, un avocat américain juif proche de Donald Trump et controversé pour ses positions radicales en faveur de la colonisation dans les Territoires palestiniens.

Lors d'un vote en séance plénière, M. Friedman a reçu 52 voix pour et 46 contre. Deux sénateurs démocrates se sont prononcés pour et deux élus républicains n'ont pas participé à la séance.

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a aussitôt tweeté que «David Friedman serait chaleureusement accueilli en tant que représentant du président Trump et ami proche d'Israël».

En revanche, la sénatrice démocrate Dianne Feinstein a voté contre le futur ambassadeur «bien trop clivant pour servir à l'un des postes diplomatiques les plus sensibles».

«Ses opinions dangereuses et sa rhétorique haineuse vont déstabiliser un peu plus cette région déjà volatile», a protesté l'élue.

L'organisation américaine juive de gauche, J Street, s'est de son côté félicitée que «près de la moitié du Sénat ait voté contre un candidat ni qualifié, ni adapté».

À droite, au contraire, l'association Republican Jewish Coalition a salué la confirmation de ce «confident de longue date du président Trump» grâce à qui «la relation entre les États-Unis et Israël va se renforcer».

Le président Trump, qui avait affiché durant sa campagne des positions très pro-israéliennes, avait nommé en décembre cet avocat juif, partisan de la colonisation et de l'annexion par Israël de parties de la Cisjordanie occupée.

M. Friedman s'était aussi déclaré en faveur du déménagement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, un projet de campagne de Donald Trump qui avait soulevé un tollé international et sur lequel il semble avoir reculé.

Lors de son audition de confirmation devant le Sénat mi-février, le futur ambassadeur américain avait mis de l'eau dans son vin, regrettant même des propos passés contre les Palestiniens ou contre des Américains juifs critiques d'Israël.

Il s'était dit aussi «sceptique» sur la solution à deux États israélien et palestinien, le principe de référence de la communauté internationale pour sortir du conflit mais sur lequel Washington n'est dorénavant plus arc-bouté.

Marquant une rupture dans la politique américaine au Proche-Orient, le président Trump avait affirmé le 15 février en recevant Benyamin Nétanyahou que la «solution à deux États» n'était plus la seule voie possible, assurant être ouvert à des alternatives, comme une solution à «un État», si cela mène à la paix.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer