Possible attaque au gaz moutarde sur une base irakienne

L'attaque n'a pas fait de blessés dans les... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'attaque n'a pas fait de blessés dans les troupes américaines.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Des soldats américains ont détecté la possible présence d'agent moutarde sur une munition tirée sur eux par les djihadistes du groupe État islamique (EI) dans le nord de l'Irak, a indiqué mercredi un responsable de la Défense américain.

Les soldats américains ont détecté la présence d'agent moutarde, une substance toxique vésicante (qui produit des ampoules sur la peau et les muqueuses, NDLR), sous la forme d'une substance «noire et huileuse», sur un fragment de roquette tirée par les djihadistes sur leurs installations près de Qayyarah (nord), a indiqué ce responsable.

Les responsables américains emploient l'expression «agent moutarde» plus que «gaz moutarde» car ils ne sont pas sûrs de la manière exacte dont la substance toxique est disséminée par la munition.

Un premier test a montré la présence d'agent moutarde, mais un deuxième a été négatif.

Aucun militaire n'a été blessé ni incommodé, selon la même source.

Le fragment de munition a été envoyé à un laboratoire pour une analyse plus complète qui permettra de savoir avec plus de certitude de quelle substance il s'agit.

Le gaz moutarde est une arme chimique utilisée pour la première fois par les Allemands pendant la Première Guerre mondiale en 1917.

Selon les responsables américains, l'EI utilise le produit sous une forme très rudimentaire, «militairement pas efficace».

L'EI avait déjà utilisé à plusieurs reprises des munitions à l'agent moutarde en Irak et Syrie, mais jamais contre des soldats américains.

Les munitions à l'agent moutarde des jihadistes inspirent pour l'instant aux militaires américains une «inquiétude modérée».

L'épisode de Qayyarah «n'augmentera pas beaucoup» cette inquiétude, a affirmé le responsable américain mercredi.

Quelques «centaines» de soldats américains se trouvent à Qayyarah pour aider les forces irakiennes à préparer la prochaine offensive sur Mossoul, le grand bastion des djihadistes en Irak qui est situé à environ 60 kilomètres.

Les forces américaines en Irak, environ 4500 hommes en ce moment, ont un rôle de formation et de conseil aux troupes irakiennes. Elles ne participent pas directement aux combats.

Une enquête de l'ONU révélée en août a établi que l'EI avait utilisé du gaz moutarde en Syrie dans une attaque à Marea, dans la province d'Alep (nord), le 21 août 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer