Un chef militaire israélien compare Israël à l'Allemagne des années 30

Le chef d'état-major adjoint Yaïr Golan... (PHOTO YNETNEWS.COM)

Agrandir

Le chef d'état-major adjoint Yaïr Golan

PHOTO YNETNEWS.COM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Un haut responsable militaire israélien a provoqué une controverse en invitant à un «examen de conscience national» à l'occasion de la journée de commémoration de la Shoah, ses détracteurs l'accusant de fournir des arguments aux ennemis du pays.

Le chef d'état-major adjoint Yaïr Golan, connu pour son franc-parler, a déclaré mercredi soir que la Shoah devait «nous pousser à réfléchir sur la nature de l'homme, même quand cet homme est nous-mêmes (sic)».

«S'il y a quelque chose qui m'inquiète dans les commémorations de la Shoah, c'est de voir les processus nauséabonds qui se sont déroulés en Europe en général, et plus particulièrement en Allemagne, il y a 70, 80, 90 ans et de voir des signes de cela parmi nous en cette année 2016», a-t-il déclaré lors d'un discours marquant le début des commémorations.

«Après tout, il n'y a rien de plus simple et de plus facile que de haïr l'étranger (...) de susciter la peur et d'intimider (...) de devenir bestial, d'oublier les principes et d'être content de soi», a-t-il ajouté.

Ses propos ont provoqué une levée de boucliers au sein de la droite israélienne. Le ministre de l'Éducation Naftali Bennett, chef de file du parti nationaliste religieux Foyer juif, a exigé qu'il les rectifie «immédiatement (...) avant que les négationnistes ne transforment ces paroles erronées en étendard et que nos soldats ne soient comparés à des nazis avec un sceau d'approbation venu d'en haut».

Le chef de l'opposition travailliste Isaac Herzog a de son côté salué le courage de M. Golan. «Les fous qui vont commencer maintenant à hurler contre lui doivent savoir que c'est ce qui s'appelle moralité et responsabilité», a-t-il dit.

Yaïr Golan a tenu à préciser jeudi, par l'intermédiaire du porte-parole de l'armée, qu'il n'avait «aucune intention de comparer l'armée et l'État d'Israël aux horreurs qui s'étaient déroulées en Allemagne il y a 70 ans». «Il s'agit d'une comparaison absurde et sans fondement (...) l'armée israélienne respecte les standards de conduite les plus élevés et considère la vie humaine comme une valeur de référence», a-t-il ajouté.

Le chef d'état-major Gadi Eisenkot avait lui aussi provoqué une polémique en mars en prônant un usage proportionnel de la force par les soldats confrontés à une série d'attaques palestiniennes au couteau.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer