L'Iran et les États-Unis s'échangent 11 prisonniers

Le journaliste du Washongton Post Jason Rezaian avait... (PHOTO ARCHIVES THE WASHINGTON POST)

Agrandir

Le journaliste du Washongton Post Jason Rezaian avait été arrêté en juillet 2014. Accusé d'espionnage, il avait été condamné fin 2015 à une peine de prison dont la durée n'a jamais été annoncée publiquement.

PHOTO ARCHIVES THE WASHINGTON POST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TÉHÉRAN

Les États-Unis et l'Iran ont procédé samedi à un échange de prisonniers sans précédent, Téhéran libérant quatre Américano-Iraniens dont Jason Rezaian, correspondant local du Washington Post, et Washington accordant sa clémence à sept Iraniens, dont six ont la double nationalité, a annoncé un responsable américain.

Selon les termes de ce compromis, 14 autres Iraniens ont vu les poursuites engagées contre eux par la justice américaine être abandonnées, a précisé ce responsable, au moment où les États-Unis et les autres grandes puissances et l'Iran étaient réunis à Vienne pour la mise en oeuvre attendue de l'accord historique sur le nucléaire iranien.

« Grâce au canal diplomatique mis en place dans le but de ramener nos ressortissants américains, nous pouvons confirmer que l'Iran a libéré de prison quatre Américains détenus en Iran : Amir Hekmati, Saïd Abedini, Jason Rezaian et Nosratollah Khosravi », a indiqué ce responsable américain, confirmant une annonce des médias officiels iraniens.

Téhéran « s'est également engagé à continuer de coopérer avec les États-Unis pour déterminer ce qu'est devenu Robert Levinson », un ancien agent du FBI disparu en Iran il y a plusieurs années.

En échange, « nous avons accordé notre clémence à sept Iraniens, dont six sont des binationaux Américano-Iraniens, qui avaient été condamnés ou qui attendaient leurs procès aux États-Unis », a encore détaillé ce cadre de l'administration américaine.

Et « les États-Unis ont également supprimé toutes les notices rouges d'Interpol et ont abandonné leurs poursuites contre 14 Iraniens pour lesquels il a été établi que les demandes d'extradition auraient probablement été vouées à l'échec », a-t-il poursuivi.

Jason Rezaian, correspondant local du Washington Post, avait été arrêté en juillet 2014. Accusé d'« espionnage », il a été condamné fin 2015 à une peine de prison dont la durée n'a jamais été annoncée publiquement.

Il travaillait pour le Washington Post depuis deux ans au moment de son arrestation. Il a été accusé d'« espionnage » et de « collaboration avec des gouvernements hostiles ».

Le Washington Post a salué la libération de son journaliste par Téhéran.

Le pasteur Saïd Abedini avait été arrêté en 2012, l'ex-Marine Amir Hekmati était détenu depuis 2011, et le quatrième irano-américain libéré est Nosratollah Khosravi, dont le nom apparaît pour la première fois.

Selon les médias iraniens, les sept prisonniers iraniens libérés par les États-Unis sont : Nadar Modanlou, Bahram Mekanik, Khosro Afghahi, Arash Ghahreman, Touraj Faridi, Nima Golestaneh et Ali Sabounchi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer