Trois Palestiniens tués dans une nouvelle journée de violences

Ces heurts sont intervenus lors du traditionnel vendredi... (PHOTO MAHMUD HAMS, AFP)

Agrandir

Ces heurts sont intervenus lors du traditionnel vendredi de mobilisation dans les Territoires palestiniens secoués depuis début octobre par une nouvelle vague de violences.

PHOTO MAHMUD HAMS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sarah BENHAIDA
Agence France-Presse
CAMP DE RÉFUGIÉS DE QALANDIA

Un Palestinien qui tentait d'attaquer à la voiture bélier des soldats près de Jérusalem a été abattu vendredi par l'armée israélienne alors que deux autres ont été tués par des tirs israéliens lors d'affrontements en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza.

Depuis le 1er octobre, la vague de violences qui secoue Israël et les Territoires palestiniens a coûté la vie à 123 Palestiniens, dont un Arabe israélien, à 17 Israéliens ainsi qu'à un Américain et un Érythréen, selon un décompte de l'AFP. Des centaines de personnes ont été blessées.

La majorité des Palestiniens tués l'ont été en commettant ou tentant de commettre, selon les autorités israéliennes, des attaques, à l'arme blanche pour la plupart mais également à la voiture bélier et à l'arme à feu.

Vendredi, traditionnelle journée de mobilisation dans les Territoires palestiniens, un Palestinien a tenté de percuter des policiers et soldats israéliens avec son véhicule à l'important check-point de Qalandia qui relie Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée à Jérusalem, selon la police israélienne. Il a été blessé par balles par les forces de l'ordre et arrêté.

Plus tard, dans le village de Silwad en Cisjordanie occupée, un autre Palestinien, Mohammed Ayad, 20 ans, a tenté de percuter des soldats et policiers israéliens avec sa voiture, selon la police israélienne. Il a été abattu par des tirs des forces israéliennes et aucun Israélien n'a été blessé, a précisé la police.

En fin de journée, le ministère de la Santé dans la bande de Gaza a annoncé qu'un Palestinien de 20 ans, Mahmoud al-Agha, avait été tué lors de heurts entre des jeunes jetant des pierres et des soldats israéliens au niveau de la barrière qui sépare l'enclave palestinienne d'Israël.

Outre le jeune homme, que la branche armée du mouvement islamiste Hamas - au pouvoir à Gaza - a présenté comme un de ses membres, 41 Palestiniens ont été blessés par balles dans ces heurts, a précisé le ministère. L'un d'eux se trouve dans un état critique.

« Une centaine d'émeutiers ont tenté de pénétrer dans la zone tampon et ont endommagé la barrière », a dit à l'AFP une porte-parole de l'armée israélienne, précisant que l'armée avait tiré « en direction des principaux meneurs » pour « empêcher une escalade et une menace d'infiltration ».

Et à Sinjil, une localité située au nord-est de Ramallah, Nachat Asfour, 33 ans, a été mortellement touché par une balle au torse lors d'affrontements similaires.

Au même moment, des centaines de Palestiniens participaient dans le camp de réfugiés de Qalandia aux funérailles de Hadil Awwad, 14 ans, tuée fin novembre par les forces israéliennes alors qu'elle tentait avec sa cousine de 16 ans de s'en prendre à des Israéliens à Jérusalem, armée de ciseaux.

Les autorités israéliennes n'ont rendu le corps de l'adolescente à la famille Awwad que vendredi.

Pour la première fois depuis le début de la vague de violence et alors que de nombreuses ONG dénoncent un usage excessif de la force face à certains assaillants présumés, la justice israélienne a ouvert une enquête sur un policier soupçonné d'avoir eu la gâchette trop facile face à Hadil Awwad et sa cousine.

« On a entendu qu'ils voulaient enquêter », a affirmé à l'AFP Mohammed Awwad, l'oncle de Hadil. Mais « ils (les Israéliens) vont dire que c'était une erreur et en fin de compte, il l'a déjà tué, notre fille est partie », a-t-il assuré, en marge du cortège funéraire au cours duquel des hommes armés et masqués sont venus présenter leurs condoléances avant de disparaître alors que des tirs d'armes automatique en l'air résonnaient à travers le camp.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer