L'armée israélienne fouille Hébron au lendemain d'attaques

Selon le porte-parole de l'armée Peter Lerner les... (Photo Nasser Shiyoukhi, AP)

Agrandir

Selon le porte-parole de l'armée Peter Lerner les forces israéliennes «poursuivent leurs activités pour localiser les (autres) auteurs des attaques».

Photo Nasser Shiyoukhi, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
HÉBRON

L'armée israélienne a bloqué samedi des entrées de Hébron en Cisjordanie occupée où elle menait une chasse à l'homme pour retrouver les auteurs des attaques contre des pèlerins juifs et un soldat blessés par des tirs.

Vendredi, deux adolescents israéliens ont été blessés par des tirs d'assaillants non identifiés au site du Tombeau des patriarches, lieu saint pour juifs et musulmans dans le centre de Hébron, selon l'armée.

Environ 4000 juifs y participaient à un pèlerinage qui devait s'achever samedi soir. Selon la tradition, Abraham, Sarah et d'autres figures bibliques reposent dans le site sacré.

Également vendredi, un soldat israélien a été blessé  par des tirs près du village de Beit Einoun à proximité de Hébron dans le sud de la Cisjordanie.

Le Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien, a annoncé avoir arrêté un Palestinien de 16 ans du village de Bani Naïm à l'est de Hébron, qui a reconnu être l'auteur de l'attaque contre le soldat et remis l'arme utilisée.

Selon le porte-parole de l'armée Peter Lerner les forces israéliennes «poursuivent leurs activités pour localiser les (autres) auteurs des attaques».

Elles ont fouillé plusieurs maisons à Hébron et dans les alentours et dressé de nouveaux barrages, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dès vendredi soir, les soldats ont érigé un remblai de terre bloquant l'entrée nord de Hébron et installé des barrages dans plusieurs quartiers de la ville où les hommes de moins de 25 ans ont été interdits de passage.

Des militants du mouvement Youth anti-colonisation à Hébron ont indiqué être «assiégés» dans leurs bureaux par des colons protégés par des soldats.

En outre, des correspondants de la télévision palestinienne ont affirmé que des «colons» avaient perturbé leur travail sur le terrain à Hébron, des accusations suivies de heurts entre Palestiniens et forces israéliens, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Deux Palestiniens ont été blessés lors des affrontements par des balles réelles tirées par les soldats, selon des sources palestiniennes.

Une porte-parole militaire a confirmé des tirs sur un «principal agitateur» après de vaines tentatives de repousser les dizaines de lanceurs de pierres palestiniens. «Une personne a été touchée», a-t-elle dit.

L'ONG israélienne des droits de l'Homme B'Tselem a critiqué les mesures de l'armée «qui constituent une punition collective pour les résidents de Hébron qui ne sont accusés de rien et doivent subir de graves perturbations dans leur vie quotidienne» notamment à Tel Roumeida.

Tel Roumeida, emblématique pour les Palestiniens des restrictions et des brimades des colons et soldats, se trouve dans une zone sous contrôle israélien. C'est dans cette zone que se trouve la Vieille ville et le Tombeau des patriarches, point névralgique du conflit entre les 500 colons barricadés au milieu de 200 000 Palestiniens.

Depuis le début octobre, dans les Territoires occupés et en Israël, heurts et attaques ont fait 73 morts côté palestinien -dont un Arabe Israélien- et neuf côté israélien. Une grande majorité des Palestiniens tués l'ont été parce qu'ils projetaient ou menaient des attaques selon Israël.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer