Cinq soldats saoudiens tués sur la frontière yéménite

Plusieurs mois de bombardements aériens de la coalition... (PHOTO AP)

Agrandir

Plusieurs mois de bombardements aériens de la coalition ont échoué à repousser les Houthis, qui n'ont commencé à reculer que lorsque la coalition a envoyé sur place des blindés, des troupes et des combattants yéménites formés en Arabie Saoudite.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Riyad

Cinq soldats saoudiens ont été tués sur la frontière avec le Yémen, a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi la coalition commandée par Riyad qui mène depuis mars des opérations militaires au Yémen contre les rebelles chiites.

Un communiqué de la coalition ne précise pas quand, ni dans quelles conditions les militaires - un soldat du rang et quatre garde-frontières - ont péri dans la région de Najran, dans le sud du royaume, indiquant simplement qu'ils sont morts «dans l'exercice de leurs fonctions en protégeant les frontières de la nation».

Il s'agit des plus lourdes pertes dans un incident frontalier annoncées par la coalition depuis le 26 mars, début de la campagne de frappes aériennes au Yémen visant à empêcher les rebelles chiites houthis, qui se sont emparés depuis l'an dernier de vastes régions dont la capitale, Sanaa, et Aden, de prendre la totalité du pays.

En juin, la coalition avait annoncé la mort de quatre Saoudiens et de dizaines de Yéménites dans des combats, lorsque des forces de l'ancien président du Yémen avaient attaqué la frontière en plusieurs endroits.

Plusieurs mois de bombardements aériens de la coalition ont échoué à repousser les Houthis, qui n'ont commencé à reculer que lorsque la coalition a envoyé sur place des blindés, des troupes et des combattants yéménites formés en Arabie Saoudite.

Des forces pro-gouvernementales yéménites, appuyées par la coalition, ont lancé dimanche une grande offensive terrestre contre les rebelles pro-iraniens, au moment où des pourparlers de paix annoncés par l'ONU semblent compromis.

Riyad avait formé sa coalition de pays arabes en soutien au président yéménite en exil Abedrabbo Mansour Hadi, par crainte que les Houthis, en contrôlant tout le Yémen, le fassent passer dans la zone d'influence de l'Iran chiite, rival régional de l'Arabie sunnite.

Au moins 60 personnes, la plupart des militaires, ont été tuées en Arabie saoudite par des bombardements et des affrontements sur la frontière yéménite depuis les premières attaques de la coalition.

Dix autres soldats saoudiens ont été tués au Yémen même ce mois-ci. Ils faisaient partie d'un groupe de 60 soldats de la coalition tués lorsque leur base a été frappée par un missile, dans la province de Marib.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 4500 personnes, dont une majorité de civils, ont été tuées dans les combats au Yémen depuis mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer