Gaza pourrait devenir «invivable» d'ici 2020

Un homme se promène à vélo, un drapeau... (PHOTO MOHAMMED ABED, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Un homme se promène à vélo, un drapeau palestinien accroché sur sa bicyclette, alors que le soleil se couche sur Gaza City, le 13 août.

PHOTO MOHAMMED ABED, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
GENÈVE, Suisse

La bande de Gaza, éprouvée par plusieurs guerres et le blocus israélien, pourrait devenir «invivable d'ici 2020», s'est alarmé mardi l'organe de l'ONU chargé des questions de développement et de commerce (CNUCED).

Dans son rapport annuel sur son assistance au peuple palestinien, la CNUCED explique que «Gaza pourrait devenir inhabitable d'ici à 2020 si les tendances économiques actuelles persistent» ces cinq prochaines années.

Située au sud-ouest d'Israël, limitrophe de l'Égypte et au bord de la Méditerranée, Gaza est un territoire exigu de 362 km2, long de 41 km, large de 6 à 12 km. S'y entassent 1,8 million de Palestiniens, soit l'une des plus fortes densités de population au monde.

Pour les économistes de l'ONU, «les conséquences sociales, sanitaires et sécuritaires de la forte densité démographique et du surpeuplement figurent au nombre des facteurs qui risquent de faire de Gaza un lieu invivable d'ici 2020».

Les experts soulignent qu'en 2014 «la bande de Gaza a subi le troisième conflit ayant donné lieu à une opération militaire à grande échelle en six ans» et ce après plusieurs années «de blocus économique».

«Les efforts de reconstruction sont extrêmement lents face à l'ampleur des dévastations et l'économie locale de Gaza n'a pas la possibilité de se redresser», poursuivent-ils, relevant que la situation socioéconomique dans l'enclave palestinienne «est à son point le plus bas depuis 1967», quand Israël avait pris le contrôle de ce territoire lors de la guerre des Six Jours. Le gouvernement israélien en a retiré, en 2005, les 8000 colons qui y vivaient et l'armée.

La CNUCED note que les perspectives pour 2015 sont «peu encourageantes en raison de l'instabilité des conditions politiques, de la réduction des flux d'aide, de la lenteur de la reconstruction à Gaza et des effets persistants de la retenue par Israël des recettes douanières palestiniennes au cours des quatre premiers mois de 2015».

Israël impose un blocus à la bande côtière de Gaza depuis la capture en juin 2006 d'un de ses soldats, libéré en 2011.

Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, est actuellement engagé dans des contacts indirects avec Israël, son ennemi juré, pour tenter de parvenir à une trêve de longue durée en échange d'une levée du blocus.

Mais un an après la dernière guerre dévastatrice à Gaza qui a fait en juillet-août 2014 plus de 2200 morts côté palestinien - dont plus de 550 enfants - et plus de 70 côté israélien, le Hamas comme Israël se refusent à écarter dans leurs discours un nouveau recours à la force.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer