John McCain s'insurge contre le retrait total des Américains d'Afghanistan

Le sénateur américain John McCain s'est insurgé lors... (PHOTO WAKIL KOHSAR, AFP)

Agrandir

Le sénateur américain John McCain s'est insurgé lors d'une visite à Kaboul, samedi, contre le retrait de la totalité des troupes américaines basées en Afghanistan d'ici fin 2016.

PHOTO WAKIL KOHSAR, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KABOUL

L'influent sénateur américain John McCain s'est insurgé samedi lors d'une visite à Kaboul contre la «tragédie» qui consiste à retirer la totalité des troupes américaines basées en Afghanistan d'ici fin 2016, comme le souhaite le président Barack Obama.

Depuis la fin de sa mission de combat en décembre 2014, l'OTAN maintient 12 500 soldats en Afghanistan, dont 10 000 Américains affectés principalement à la formation de leurs homologues afghans.

Le gouvernement américain souhaite réduire ce chiffre à environ 8000 d'ici la fin de l'année, pour un retrait total au 1er janvier 2017.

Or, «tout indique que des moyens américains supplémentaires sont nécessaires» pour seconder les forces afghanes dans leur lutte contre les rebelles talibans, auteurs d'une féroce offensive de printemps, a jugé John McCain lors d'une conférence de presse au quartier général de la mission de l'OTAN en Afghanistan.

«La plus grave erreur que les États-Unis pourraient commettre (...) serait d'articuler ce retrait autour d'un calendrier pré-établi», a déclaré M. McCain.

«Ce serait une tragédie, mais aussi ouvrir la porte aux talibans qui pourraient alors remporter des victoires en Afghanistan», a-t-il souligné.

En ce jour de fête nationale américaine, l'élu a rencontré des soldats américains stationnés à Kaboul, et rendu hommage aux 2200 militaires américains tués dans ce pays depuis 2001.

Il s'est également entretenu avec le président Ashraf Ghani qui l'a remercié pour le «soutien continu apporté par les États-Unis à l'Afghanistan», selon un communiqué de la présidence.

Les 350 000 membres des forces de sécurité afghanes font preuve de «courage et de ténacité», mais il reste encore un «très long chemin à parcourir», a encore indiqué le président républicain de la Commission des forces armées du Sénat américain lors de sa conférence de presse.

D'autant qu'une heure plus tôt, la Chambre basse du parlement afghan a largement rejeté le candidat désigné par M. Ghani au poste de ministre de la Défense, un portefeuille vacant depuis septembre dernier.

«Nous exigeons une réévaluation du retrait des forces américaines basée sur un calendrier pré-établi», a dit M. McCain, se prononçant pour un «plan basé sur la situation sur le terrain».

Les troupes afghanes sont seules en première ligne depuis la fin de la mission de combat de l'OTAN dans le pays.

Au plus fort de l'intervention occidentale menée par les Américains, environ 130 000 soldats y étaient présents. Les 12 500 troupes étrangères restantes sont aujourd'hui chargées de former et conseiller les forces afghanes.

Ces dernières ont fort à faire contre des rebelles islamistes, qui ne se cantonnent plus uniquement à leur fief du sud du pays et s'en prennent de plus en plus aux troupes gouvernementales et étrangères à Kaboul et dans le nord du pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer