Les Palestiniens soumettent un premier dossier à la CPI

«L'État de Palestine a promis de coopérer avec... (PHOTO ROBIN VAN LONKHUIJSEN, AFP/ANP)

Agrandir

«L'État de Palestine a promis de coopérer avec la Cour, notamment en lui fournissant des informations pertinentes, et c'est ce qu'elle fait aujourd'hui», a déclaré le ministre palestinien des Affaires étrangères, Ryad al-Malki, aux journalistes devant le bâtiment de la CPI, à La Haye.

PHOTO ROBIN VAN LONKHUIJSEN, AFP/ANP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LA HAYE

Les Palestiniens ont soumis jeudi un premier dossier de documents à la Cour pénale internationale (CPI) en vue de la convaincre d'ouvrir une enquête sur d'éventuels crimes de guerre israéliens.

«L'État de Palestine a promis de coopérer avec la Cour, notamment en lui fournissant des informations pertinentes, et c'est ce qu'elle fait aujourd'hui», a déclaré le ministre palestinien des Affaires étrangères, Ryad al-Malki, aux journalistes devant le bâtiment de la CPI, à La Haye. «Les informations fournies par l'État de Palestine ne peuvent que mener à l'ouverture d'une enquête dans les plus brefs délais», a assuré le ministre.

La procureure Fatou Bensouda avait ouvert en janvier un examen préliminaire afin de déterminer si elle disposait d'assez d'éléments pour ouvrir une enquête sur des crimes de guerre présumés dans la bande de Gaza à l'été 2014.

Le dossier déposé jeudi porte sur deux affaires. La première concerne des crimes présumés commis à Gaza lors du conflit, qui a tué 2200 Palestiniens, des civils pour la plupart, et 73 Israéliens, principalement des soldats. La deuxième porte sur «la colonisation israélienne de la Cisjordanie occupée».

«Obtenir justice est essentiel pour les victimes palestiniennes, mortes ou vivantes», a affirmé M. El-Malki : «la Palestine a choisi de chercher à obtenir justice et non la vengeance».

Le porte-parole du ministre des Affaires étrangères israélien a de son côté accusé les Palestiniens «d'essayer de manipuler la CPI» : «nous espérons que le procureur ne tombera pas dans le piège», a déclaré Emmanuel Nahshon dans un communiqué.

Le dépôt des documents s'inscrit dans le contexte de la confrontation diplomatique et judiciaire que les Palestiniens, exaspérés d'attendre la fin de l'occupation et l'État indépendant auquel ils aspirent, ont engagée devant les institutions internationales.

Les Palestiniens sont membres de la CPI depuis le 1er avril. L'examen préliminaire avait été ouvert en janvier après que l'Autorité palestinienne eut autorisé la CPI à enquêter sur des crimes présumés commis dans les territoires palestiniens depuis le 13 juin 2014.

L'examen concerne aussi bien les agissements palestiniens que ceux d'Israël, qui n'est pour sa part pas membre de la CPI et conteste les démarches en cours devant cette Cour.

Un des événements les plus controversés de la guerre à Gaza est le bombardement par Israël d'écoles de l'ONU utilisées comme refuge par les déplacés. Israël affirme que le Hamas utilisait ces écoles pour stocker des armes ou tirer des missiles.

Créée en 2002, la CPI a pour vocation de poursuivre les plus hauts responsables de génocides, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Une commission d'enquête de l'ONU a conclu lundi à de «possibles crimes de guerre» commis tant par Israël que par les groupes armés palestiniens lors de ce conflit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer