Israël accusé de maltraiter «systématiquement» des enfants palestiniens

Dans ces conclusions, l'ONG affirme que malgré de... (IMAGE ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Dans ces conclusions, l'ONG affirme que malgré de récents développements dans le système de détention militaire «les mauvais traitements sont fréquents, systématiques et institutionnalisés».

IMAGE ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Les forces de sécurité israéliennes maltraitent de façon «systématique» des enfants palestiniens, affirme une ONG basée en Cisjordanie occupée dans un rapport rendu public mercredi.

Ces accusations lancées par Military Court Watch (MCW), qui surveille notamment la manière dont les enfants sont traités par les tribunaux militaires israéliens, ont été catégoriquement rejetées par l'armée.

MCW estime que depuis l'occupation de la Cisjordanie après la guerre de juin 1967, «jusqu'à 95 000 enfants» palestiniens ont été détenus par les forces israéliennes.

Le rapport, qui a été transmis à l'ONU, détaille 200 cas de détention de mineurs survenus depuis 2013.

Dans ces conclusions, l'ONG affirme que malgré de récents développements dans le système de détention militaire «les mauvais traitements sont fréquents, systématiques et institutionnalisés».

Citant des témoins, le rapport indique que 187 mineurs ont eu les mains liées durant les 24 premières heures de leur détention, 165 ont eu les yeux bandés et 124 ont subi de mauvais traitements physiques.

«Des conduites agressives, des menaces sont utilisées parfois durant les interrogatoires, y compris des menaces de coups, de viol, de détention dans des cellules d'isolement, d'électrocution, ou de tirs», déplore le rapport.

Seuls 8 mineurs sur 200 ont eu accès à un avocat avant d'être interrogés et seuls 7 ont eu un parent présent durant les interrogatoires.

Un responsable du bureau du procureur militaire israélien a indiqué à l'AFP que la loi ne prévoyait pas la présence obligatoire d'un avocat ou d'un parent durant les interrogatoires pour les suspects palestiniens ou israéliens.

Mais un prévenu qui passe en jugement a droit à une assistance juridique tandis que les parents ont le droit d'être présents lors des audiences de la cour, a ajouté ce responsable sous couvert de l'anonymat.

À propos des accusations de menaces et de mauvais traitements physiques, les prévenus et leurs parents ont la possibilité de porter plainte, ce qu'ils ne «font pratiquement jamais», a-t-il ajouté.

Tous les interrogatoires menés en arabe sont filmés sur vidéo et enregistrés. Ces données sont ensuite mises à la disposition de la défense.

Dans le rapport auquel l'AFP a eu accès, MCW affirme qu'un «nombre significatif» de mineurs ont été arrêtés durant la nuit «lors de raids terrifiants menés à leur domicile».

La plupart des enfants ont été arrêtés dans des secteurs situés près des colonies israéliennes et des routes utilisées par les colons, qui sont souvent la cible d'enfants qui lancent des pierres dans leur direction.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer