Des fonds de la CIA auraient financé une rançon payée à Al-Qaïda

Les États-Unis auraient contribué au paiement par inadvertance,... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Les États-Unis auraient contribué au paiement par inadvertance, du fait d'un manque de supervision et de contrôles sur ce fonds qui devait financer des armes et des opérations sur le terrain.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'Afghanistan a utilisé environ un million de dollars d'un fonds financé par la CIA pour payer à Al-Qaïda la rançon d'un diplomate libéré en 2010, a rapporté le New York Times samedi.

Oussama Ben Laden, alors chef d'Al-Qaïda, avait eu vent de l'origine des fonds, transférés sur un compte secret du gouvernement afghan. Il s'était alors inquiété que les Américains puissent tracer les billets, ou les aient empoisonnés ou irradiés, et avait demandé qu'ils soient changés dans une autre monnaie, selon le quotidien américain.

Le NYT précise que des lettres entre Ben Laden et l'administrateur de l'organisation, Atiyah Abd al-Rahman, avaient été trouvées dans les ordinateurs et parmi les documents saisis lors du raid américain dans lequel le chef d'Al-Qaïda a été tué au Pakistan en 2011.

À droite sur la photo: Abid Naseer, un... (Photo AP / U.S. Attorney's Office) - image 2.0

Agrandir

À droite sur la photo: Abid Naseer, un membre d'Al-Qaïda reconnu coupable début mars, à New York, d'avoir participé à la préparation avortée de plusieurs attentats. 

Photo AP / U.S. Attorney's Office

Ces courriers, jusque là tenus secrets, ont été présentés comme preuves à charge dans le procès à New York d'Abid Naseer, un membre d'Al-Qaïda reconnu coupable début mars à New York d'avoir participé à la préparation avortée d'attentats à New York, Manchester et Copenhague.

Le diplomate Abdul Khaliq Farahi était consul général d'Afghanistan à Peshawar, au Pakistan, quand il avait été enlevé en septembre 2008, quelques semaines avant de prendre ses fonctions d'ambassadeur.

Il avait été libéré plus de deux ans après, lorsque Kaboul avait versé une rançon d'un montant total de 5 millions de dollars, dont le cinquième provenait d'un fonds secret financé par la CIA via des versements mensuels à la présidence, selon le journal qui cite des responsables américains et occidentaux.

Le Pakistan avait pour sa part payé près de la moitié de la rançon, le reste étant financé par l'Iran et des États du Golfe.

«C'est un peu étrange car un pays comme l'Afghanistan ne paierait pas autant pour libérer l'un de ses hommes», écrit Ben Laden dans une des lettres saisies.

Il semble que les États-Unis aient contribué au paiement par inadvertance, du fait d'un manque de supervision et de contrôles sur ce fonds qui devait financer des armes et des opérations sur le terrain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer