Yémen: 49 morts dans l'attentat anti-chiite d'Ibb

L'attentat a été commis par un kamikaze habillé... (Photo Reuters)

Agrandir

L'attentat a été commis par un kamikaze habillé en femme qui a actionné sa ceinture d'explosifs dans un centre culturel d'Ibb.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SANAA

Au total, 49 personnes ont été tuées dans l'attentat suicide qui a visé mercredi des partisans de la milice chiite d'Ansaruallah lors d'une cérémonie religieuse à Ibb, dans le centre du Yémen, selon un nouveau bilan obtenu jeudi de sources hospitalières.

«Le bilan de l'attentat d'Ibb s'est alourdi à 49 morts et 70 blessés», a déclaré une source hospitalière, contactée au téléphone par l'AFP.

Une autre source médicale a confirmé ce bilan, indiquant que «12 des 49 personnes tuées n'ont pas pu être identifiées».

Un premier bilan faisait état mercredi d'au moins 33 morts et de dizaines de blessés.

L'attentat a été commis par un kamikaze habillé en femme qui a actionné sa ceinture d'explosifs dans un centre culturel d'Ibb où des partisans de la milice chiite d'Ansaruallah étaient rassemblés pour une cérémonie marquant le Mouled, l'anniversaire du prophète Mahomet, que les musulmans doivent célébrer le week-end prochain.

Les États-Unis, alliés du Yémen dans la lutte «antiterroriste», ont «condamné avec force» l'attentat, le département d'État promettant dans un communiqué mercredi que Washington «continuera de se tenir aux côtés du gouvernement et du peuple du Yémen contre la menace commune des extrémistes violents».

La milice d'Ansaruallah, partie de son fief à Saada, dans le nord du Yémen, a lancé au début de l'année une offensive fulgurante qui lui a permis de prendre le contrôle de la capitale Sanaa le 21 septembre, puis d'élargir son influence progressivement vers l'ouest et le centre du Yémen.

Le réseau extrémiste sunnite Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA), bien implanté dans le sud et le sud-est du Yémen, a juré de livrer un combat sans merci à Ansaruallah et tente de mobiliser des tribus sunnites pour mettre en échec les avancées de la milice chiite vers d'autres régions du Yémen.

Jeudi, une attaque à l'explosif a par ailleurs blessé quatre soldats dans la province du Hadramout (sud-est), a rapporté une source militaire.

Un engin a explosé au passage d'un véhicule de l'armée dans la matinée sur une route reliant la ville historique de Shibam à Seyoun, la deuxième ville de la province.

Quatre soldats ont été blessés et hospitalisés à Seyoun, a précisé à l'AFP la même source, indiquant que «l'un d'eux, touché par des éclats au visage, était dans un état grave».

Selon lui, l'engin a «été actionné à distance par des combattants d'Al-Qaïda».

À Aden, principale ville du Sud, sept partisans du Mouvement sudiste ont été blessés, dont l'un par balles, dans des heurts avec la police, selon des militants de ce groupe indépendantiste.

La police a fait usage de bombes lacrymogènes et tiré à balles réelles pour disperser des manifestants qui protestaient à Creater, un quartier d'Aden, contre la présence dans la ville de membres du gouvernement, a déclaré à l'AFP le militant Yahia Ghaled al-Chouaïbi.

«Un de nos partisans a été blessé par balles et six autres ont été hospitalisés après avoir été indisposés par du gaz lacrymogène», a-t-il ajouté.

Une source policière, interrogée par l'AFP, a confirmé ce bilan, ajoutant que les forces de sécurité avaient dû intervenir pour rouvrir à la circulation des artères d'Aden, que les protestataires fermaient avec des blocs de béton.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer