Israël refuse toute limitation de la colonisation à Jérusalem-Est

Des écolières tirent un âne sur une route... (PHOTO AMMAR AWAD, REUTERS)

Agrandir

Des écolières tirent un âne sur une route de la colonie Maale Adumim, près de Jérusalem, le 13 novembre.

PHOTO AMMAR AWAD, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Israël refuse toute limitation de la colonisation à Jérusalem-Est, dont l'occupation et l'annexion sont illégales aux yeux de la communauté internationale, a réaffirmé dimanche le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman.

«Nous n'accepterons aucune limitation à la construction dans les quartiers juifs à Jérusalem», a lancé M. Lieberman, un ultranationaliste, lors d'une rencontre avec son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier à Jérusalem. La colonisation, notamment de Jérusalem-Est, est vue comme le principal obstacle au processus de paix.

«Une chose doit être parfaitement claire: nous n'accepterons jamais que la construction dans les quartiers juifs de Jérusalem soit définie comme une activité de colonisation», a ajouté le chef de la diplomatie israélienne.

Peu avant de recevoir le ministre allemand, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a déclaré qu'une reconnaissance unilatérale de l'État palestinien par des pays européens éloignerait un possible accord de paix entre les deux parties.

«La paix est possible s'il y a des compromis de toutes les parties et non des actions et bénéfices unilatéraux qui bénéficient à la partie palestinienne», a déclaré M. Nétanyahou.

Lors de son entretien avec le président israélien Reuven Rivlin, le chef de la diplomatie allemande a exprimé «le souhait» de voir les Israéliens et les Palestiniens reprendre leurs négociations de paix suspendues en avril 2014.

Selon l'entourage du ministre allemand, la question de la colonisation israélienne et la reprise des négociations de paix ont été au centre des discussions de M. Steinmeier avec les dirigeants israéliens.

Israël a annoncé lundi l'accélération des plans pour la construction de 1000 logements à Jérusalem-Est, empoisonnant encore davantage l'atmosphère déjà très tendue dans la partie palestinienne de la Ville sainte.

Les déclarations de M. Lieberman surviennent dans un climat de violences qui font redouter un embrasement généralisé.

«Israël est dans son droit absolu quand il construit dans les quartiers juifs, c'est un consensus, tous les gouvernements l'ont fait et tous les Palestiniens ont compris que ces quartiers resteront sous contrôle israélien dans n'importe quel accord», avait récemment assuré le premier ministre israélien devant le Parlement.

Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'État auquel ils aspirent et accusent régulièrement Israël d'imposer un «fait accompli» en multipliant les quartiers de colonisation dans la partie orientale de Jérusalem, qui empêcherait d'y établir une capitale viable au territoire continu.

L'Union européenne a d'ailleurs appelé Israël à «revenir d'urgence» sur cette décision qualifiée de «peu judicieuse et opportune», tandis que les États-Unis ont critiqué une telle action, «incompatible» selon eux avec les efforts de paix entrepris dans la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer