Yémen: un important chef d'Al-Qaïda tué

AQPA est considéré par les États-Unis comme la... (IMAGE ARCHIVES AFP/AL-MALAHEM MEDIA)

Agrandir

AQPA est considéré par les États-Unis comme la branche la plus dangereuse du réseau extrémiste.

IMAGE ARCHIVES AFP/AL-MALAHEM MEDIA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
SANAA

Un chef d'Al-Qaïda, Chawki al-Baadani, considéré comme l'un des plus dangereux dirigeants du réseau extrémiste au Yémen, a été tué par une récente frappe de drone, probablement américain, dans le centre de ce pays, a indiqué une source de sécurité.

«Chawki al-Baadani, alias Khawlan al-Sanaani mais aussi Abou Maissara al-Hanki, a trouvé la mort dans l'un des raids de drone» qui ont tué 20 combattants d'Al-Qaïda cette semaine dans la région de Radah, a déclaré à l'AFP la source de sécurité.

Selon cette source, l'homme était l'un des dirigeants d'Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) les plus recherchés au Yémen, où il est tenu responsable de la plupart des sanglantes attaques qui ont endeuillé le pays ces dernières années.

Il aurait notamment planifié l'attaque en mai 2012 à Sanaa contre un défilé militaire qui avait fait une centaine de morts et qui avait été revendiqué par Al-Qaïda.

Chawki al-Baadani figure parmi les vingt membres présumés d'Al-Qaïda tués dans deux frappes de drone qui ont visé dans la nuit de lundi à mardi des positions d'Al-Qaïda à Yakla, un village de la région de Radah, un fief du réseau extrémiste dans la province de Baïda, selon des sources tribales.

Al-Qaïda est bien implantée dans la région où l'organisation s'oppose notamment aux milices armées de la rébellion chiite qui, après avoir pris le contrôle de la capitale Sanaa le 21 septembre, ont progressé dans l'ouest et le centre du pays.

Des membres d'AQPA sont régulièrement tués par des tirs de drones au Yémen, vraisemblablement dans des raids menés par les États-Unis qui sont le seul pays à disposer de ces aéronefs dans la région.

AQPA, considéré par les États-Unis comme la branche la plus dangereuse du réseau extrémiste, est sur la liste noire américaine des «organisations terroristes étrangères» et Washington vient d'offrir 45 millions de dollars de récompenses afin de retrouver huit dirigeants de ce groupe islamiste armé, dont son chef, le Yéménite Nasser al-Wahishi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer