«Il faudra bien à un moment reconnaître l'État palestinien», répète Paris

Une manifestation contre l'offensive israélienne à Gaza a... (PHOTO FRANCK PENNANT, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Une manifestation contre l'offensive israélienne à Gaza a eu lieu le 19 juillet, à Marseille.

PHOTO FRANCK PENNANT, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

La France a réitéré lundi l'«urgence» de faire progresser la solution des deux Etats Israël-Palestine et souligné qu'«il faudrait bien, à un moment, reconnaître l'État palestinien», quelques jours après que la Suède eut annoncé une décision en ce sens.

«Il est urgent de faire progresser la solution des deux États, et d'aboutir à l'établissement d'un État de Palestine vivant dans la paix et la sécurité au côté d'Israël», a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal, invité à réagir à la décision suédoise.

«C'est la solution que la communauté internationale soutient. Cela signifiera qu'il faudra bien, à un moment, reconnaître l'État palestinien», a-t-il ajouté, reprenant la formule qu'avait utilisée le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, lors de son discours devant les ambassadeurs français fin août.

Pendant la guerre meurtrière cet été entre Israël et le Hamas à Gaza, le ministre avait estimé que la solution politique au conflit israélo-palestinien devrait «être imposée par la communauté internationale».

La Suède a annoncé vendredi son intention de reconnaître l'«État de Palestine», ce qu'ont déjà fait sept pays membres de l'UE, selon des sources palestiniennes.

Cette décision a été saluée par l'Autorité palestinienne, et vivement critiquée par Israël et par les États-Unis, qui l'ont jugée «prématurée».

«Les positions de la Suède et de la France sont importantes et servent le processus de paix», a déclaré à l'AFP Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

«C'est un pas courageux [...] Reconnaître un État palestinien indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale est un pas dans la bonne direction, vers la sécurité et la stabilité dans la région tout entière», a-t-il ajouté, en évoquant l'annonce suédoise.

Le Quai d'Orsay n'a pas précisé si la reconnaissance de l'État palestinien était envisagée prochainement par Paris.

«La paix passe par des négociations et c'est celles-là que nous devons contribuer à relancer d'urgence et dans un cadre crédible», a précisé M. Nadal au cours du point de presse.

Selon l'ambassadeur de Palestine à Paris, Hael al Fahoum, le sujet de la reconnaissance est discuté à Paris et a été évoqué lors de la rencontre fin septembre entre le chef de l'État, François Hollande, et Mahmoud Abbas.

«J'espère que la France, qui est une locomotive sur ce sujet, fera ce geste prochainement», a-t-il déclaré à l'AFP, indiquant également qu'un débat sur la question était prévu le 13 octobre au Parlement britannique.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer