Afghanistan: des hommes armés exécutent 15 voyageurs

«Les assaillants ont demandé aux passagers de se... (PHOTO AP)

Agrandir

«Les assaillants ont demandé aux passagers de se mettre en rang et ils les ont abattus l'un après l'autre», a déclaré à l'AFP Abdul Hai Khatibi, porte-parole du gouverneur de la province locale de Ghor.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
HÉRAT, Afghanistan

Des hommes armés ont stoppé deux véhicules et abattu quinze passagers sur le bord de la route dans une province du centre de l'Afghanistan généralement épargnée par les violences, ont annoncé vendredi les autorités.

«Les assaillants ont demandé aux passagers de se mettre en rang et ils les ont abattus l'un après l'autre», a déclaré à l'AFP Abdul Hai Khatibi, porte-parole du gouverneur de la province locale de Ghor.

«Un homme a réussi à s'échapper. Tous les autres ont été tués d'une balle dans la tête et dans la poitrine», a-t-il ajouté. Onze hommes, trois femmes et un enfant ont ainsi été froidement abattus.

Le chef de la police provinciale, Fahim Qaiem, a confirmé les faits et accusé les insurgés talibans d'avoir perpétré ces meurtres dans la nuit de jeudi à vendredi.

Deux travailleuses humanitaires finlandaises circulant en taxi avaient été abattues jeudi par des hommes armés à Hérat, grand carrefour de l'ouest afghan, moins touché par les violences que le sud du pays.

Six Afghans avaient aussi été tués dans un attentat-suicide dans la province reculée de Takhar (nord).

Dans son rapport semestriel sur les victimes civiles du conflit afghan, la mission de l'ONU en Afghanistan (UNAMA) a recensé une hausse de 24 % du nombre de civils tués ou blessés dans les combats, par des bombes artisanales ou au cours d'attentats-suicides entre le 1er janvier et le 30 juin, par rapport à la même période de 2013.

Ces violences interviennent dans un contexte tendu avec le retrait, d'ici à la fin de l'année, des forces de l'OTAN, et une crise politique liée aux soupçons de fraude entachant le second tour de la présidentielle du 14 juin.

Ce scrutin, opposant l'ancien chef de la diplomatie afghane Abdullah Abdullah à l'économiste Ashraf Ghani, doit désigner le successeur de Hamid Karzaï à la tête de l'État.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer