Calme plat à Tel-Aviv

Malgré les menaces, il n'y a pas de... (PHOTO NIR ELIAS, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Malgré les menaces, il n'y a pas de sentiment d'insécurité à l'aéroport international Ben-Gourion, à Tel-Aviv.

PHOTO NIR ELIAS, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Offensive israélienne à Gaza

International

Offensive israélienne à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération «Bordure protectrice», la plus importante offensive militaire contre la Bande de Gaza depuis la sanglante et controversée mission «Plomb durci» lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

Sur le même thème

(Tel-Aviv) Deux jours après que le Hamas eut menacé de s'en prendre à l'aéroport Ben-Gourion, à Tel-Aviv, Israéliens comme étrangers semblaient peu s'en faire pour leur sécurité dans l'aérogare. Des familles attendaient leurs proches avec des ballons gonflés à l'hélium, d'autres flânaient en sirotant un café.

Même les pancartes amovibles placées à divers endroits pour indiquer l'emplacement des abris antibombes semblaient avoir un effet apaisant plutôt qu'inquiétant.

Allison et Curtis Miller ont quitté la Floride hier pour visiter une tante à Jérusalem. Ils ont remis «très légèrement» en question leur séjour d'une douzaine de jours. «Ma tante a dit que c'était correct, alors je lui fais confiance», dit Allison, adossée à une colonne près de l'aire des arrivées. Elle admet par contre qu'elle n'a pas informé son père de son voyage. «Beaucoup de gens en Floride nous ont dit de ne pas partir, que nous allions dans une zone de guerre», ajoute Curtis avec un haussement d'épaules.

La Canadienne Teresa Stangeland attendait son vol de retour avec sa fille et son gendre, au terme de deux semaines de vacances dans le pays qu'elle a visité à plusieurs reprises. C'était la première fois qu'elle vivait le stress des sirènes d'alerte. «J'étais à Jérusalem quand j'ai entendu la sirène; je ne savais pas quoi penser, dit la femme d'Edmonton. J'ai entendu un boum, et on a vu la fumée dans le ciel.» En tout, les alarmes ont amené sa famille trois fois dans des abris. Mais Mme Stangeland dit qu'elle ne s'est jamais sentie en danger. «J'ai confiance en la technologie israélienne», a-t-elle dit au sujet du Dôme de fer. Comme d'autres personnes rencontrées hier, elle était peu optimiste quant à une fin rapide du conflit. «Je pense qu'il pourrait y avoir une escalade encore. Ça me terrifie. Les deux côtés souffrent. Les images de Gaza sont à briser le coeur.»




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer