Gaza: Nétanyahou appelle son gouvernement à «garder la tête froide»

M. Nétanyahou a promis de «faire tout le nécessaire... (PHOTO GALI TIBBON, AP)

Agrandir

M. Nétanyahou a promis de «faire tout le nécessaire pour ramener la paix et la sécurité» dans le sud d'Israël.

PHOTO GALI TIBBON, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a exhorté dimanche son gouvernement à «garder la tête froide», en réponse à des déclarations belliqueuses de ses ministres appelant à une opération d'envergure contre le Hamas dans la bande de Gaza.

«L'expérience a prouvé que dans des moments comme aujourd'hui, nous devons agir de manière responsable, garder la tête froide et nous abstenir de propos durs et impétueux», a déclaré M. Nétanyahou à l'ouverture du conseil des ministres.

Il a cependant promis de «faire tout le nécessaire pour ramener la paix et la sécurité» dans le sud d'Israël.

Environ 15 roquettes et obus de mortiers ont été tirés samedi de la bande de Gaza, dont l'une visait la capitale du Néguev, Bersheeva, et a été interceptée par le système de défense antimissile Iron Dome, selon l'armée.

L'armée a annoncé avoir mené en représailles 10 frappes sur le centre et le sud de l'enclave palestinienne, qui n'ont pas fait de blessé, selon des sources sécuritaires palestiniennes.

Selon l'armée, 135 projectiles se sont abattus sur le sud d'Israël depuis le début de l'actuel cycle de violence le 12 juin. Dans le même temps, les raids aériens israéliens ont fait trois morts dans l'enclave palestinienne, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas.

«Il faut répondre immédiatement et avec force (au Hamas NDLR). Il est grand temps qu'Israël refuse d'avoir des bases arrières du terrorisme iranien, via le Hamas, aux portes» de ses villes du sud, a plaidé le ministre de l'Économie Naftali Bennett à la sortie du conseil des ministres.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, a pour sa part de nouveau appelé le gouvernement à «réoccuper la bande de Gaza», selon les médias locaux.

En outre, M. Nétanyahou a demandé aux dirigeants de la communauté arabe en Israël d'intervenir pour empêcher des désordres et a prévenu que ceux qui ne respectent pas la loi seraient «arrêtés et sévèrement punis».

Les émeutes n'ont pas cessé depuis la découverte mercredi du corps brûlé d'un adolescent de Jérusalem-Est enlevé mardi soir, et ont gagné samedi des localités arabes du nord d'Israël, où des manifestants ont jeté des pierres contre la police israélienne et incendié des véhicules.

«Les jets de pierres sur les forces de police, les jets de cocktails Molotov, les barricades et les destructions de biens n'ont pas leur place en Israël», a insisté M. Nétanyahou.

«On ne peut pas bénéficier d'un côté des allocations sociales de l'État d'Israël et de l'autre porter atteinte à ses lois fondamentales», a-t-il estimé, appelant les dirigeants de la communauté arabe israélienne à «faire preuve de responsabilité pour restaurer le calme».

Avec 1,4 million de personnes, la minorité arabe représente 20 % de la population en Israël. En butte à des discriminations, notamment en matière d'emploi, elle descend des 160 000 Palestiniens restés sur leur terre après la création de l'État d'Israël en 1948.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer