Yémen: 37 insurgés d'Al-Qaïda tués dans le sud

Des soldats yéménites ont lancé des roquettes en... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Des soldats yéménites ont lancé des roquettes en direction des bastions d'Al-Qaïda dans la province de Chabwa, dimanche.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ADEN

Le Yémen a affirmé avoir porté dimanche un coup dur à Al-Qaïda dans le sud du pays, en tuant 37 membres du réseau lors d'une opération menée au sixième jour d'une offensive destinée à les déloger de leurs bastions.

«Trente-sept terroristes ont été tués et des dizaines d'autres blessés» dans l'opération de l'armée, a affirmé le ministère de la Défense yéménite.

Il a qualifié l'opération «importante» sans préciser les moyens militaires engagés contre les insurgés d'Al-Qaïda.

Mais des habitants ont indiqué à l'AFP que l'aviation et l'artillerie yéménites étaient entrées en action en affirmant n'avoir jamais été témoins de «bombardements aussi intenses».

L'opération a pour théâtre la région de Maifaa, de la province de Chabwa, où cinq insurgés avaient déjà été tués vendredi, a précisé le site internet officiel du ministère dans un message SMS envoyé aux journalistes.

Depuis mardi, 67 membres présumés d'Al-Qaïda et 24 soldats ont été tués dans les opérations, selon un bilan de l'AFP calculé sur la base de déclarations de sources officielles yéménites.

L'opération de dimanche a été précédée par l'annonce de l'envoi de renforts de l'armée dans la province de Chabwa pour «faire face à Al-Qaïda», selon l'agence de presse officielle yéménite Saba.

Le commandant de la 3e région militaire, le général Ahmed Saïf, al-Yafy, a affirmant devant les troupes fraîchement arrivées à Chabwa que «les éléments d'Al-Qaïda ne peuvent plus échapper à la mort», en soulignant la détermination de l'armée à «éradiquer ces éléments et d'en débarrasser le Yémen le plus tôt possible».

L'opération de dimanche semble marquer une intensification de l'offensive contre Al-Qaïda qui a été marquée à ses débuts par des pertes importantes de l'armée.

Les autorités ont affirmé qu'au mois deux combattants étrangers d'Al-Qaïda ont été tués ces derniers dans les opérations.

Il s'agit d'Abou islam al-Chicheni, un jihadiste tchétchène, et d'un autre originaire d'Ouzbékistan.

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a affirmé cette semaine que «70 % des membres d'Aqpa» étaient des étrangers, faisant état de la présence dans les morgues au Yémen de cadavres de jihadistes originaires notamment du «Brésil, des Pays-Bas, d'Australie, de France et d'Allemagne».

Al-Qaïda au Yémen, considéré par les États-Unis comme la plus dangereuse des branches du réseau extrémiste, a réagi à l'offensive par des menaces.

Dans une vidéo mise en ligne samedi, le responsable d'Al-Qaïda dans le sud du Yémen, Jalal Belaïd al-Marqachi, a qualifié de «croisade» l'offensive de l'armée, décidée selon lui, lors d'une récente visite du ministre yéménite de la Défense aux États-Unis.

L'offensive a été lancée dix jours après une série de raids de drones américains et de l'armée yéménite contre des bases et des camps d'entraînement d'Al-Qaïda dans ces régions, ayant fait une soixantaine de morts dans les rangs du réseau.

Al-Qaïda au Yémen avait profité de l'affaiblissement du pouvoir central au Yémen en 2011, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer sa présence notamment dans le sud et l'est du pays.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer