Ariel Sharon toujours en «danger de mort imminente»

Ariel Sharon, photographié le 16 novembre 2005.... (AFP)

Agrandir

Ariel Sharon, photographié le 16 novembre 2005.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TEL-AVIV

Ariel Sharon, dans le coma depuis huit ans, est «toujours en danger de mort imminente», a affirmé dimanche le directeur de l'hôpital de Tel Aviv où est soigné l'ex-premier ministre israélien.

«Son coeur résiste mieux que nous le pensions, mais il est toujours en danger de mort imminente (...) et je suis plus pessimiste qu'auparavant», a déclaré Zeev Rotstein lors d'un point presse devant l'hôpital Tel Hashomer à Tel Aviv.

«Ces fonctions vitales, notamment rénales, n'ont pas repris», a souligné le professeur Rotstein.

Interrogé sur la  possibilité de rétablissement d'«Arik» (le diminutif d'Ariel, prénom qui veut dire «lion» en hébreu), il a répondu: «Je ne suis pas prophète, mais il n'y pas de sortie de crise possible».

L'état de santé de l'ancien premier ministre, comateux depuis une attaque cérébrale le 4 janvier 2006, se détériore lentement depuis mercredi.

M. Sharon restera dans l'Histoire comme celui qui a préparé et conduit en 1982 l'invasion du Liban alors qu'il était ministre de la Défense, mais aussi comme le premier chef d'un gouvernement d'Israël à avoir procédé à un retrait d'une partie des Territoires palestiniens occupés depuis 1967.

Une commission d'enquête officielle avait conclu à sa responsabilité pour n'avoir ni prévu ni empêché les massacres des camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila à Beyrouth en septembre 1982, perpétrés par une milice chrétienne alliée d'Israël.

Il a été contraint à la démission, ce qui ne l'a pas empêché de devenir premier ministre en 2001, poste auquel il a été reconduit en 2003.

En 2005, alors qu'il était considéré comme le champion de la colonisation, il a procédé à l'évacuation de la bande de Gaza et des 8000 colons qui s'étaient installés avec ses encouragements dans cette région.

Cette décision lui a valu d'être sévèrement critiqué par une grande partie de la droite et le lobby des colons.

Le 18 décembre 2005, il avait été hospitalisé à la suite d'une «légère attaque cérébrale», dont il s'est rapidement remis. Mais quelques jours après, le 4 janvier 2006, une «grave attaque cérébrale» le précipitait dans un coma profond, dont il n'a jamais émergé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer