Pires pertes de l'OTAN en Afghanistan depuis août 2008

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Des Marines américains impliqués dans des combats en... (Photo AP)

Agrandir

Des Marines américains impliqués dans des combats en Afghanistan.

Photo AP

 

Karim TALBI
Agence France-Presse
Kaboul

L'OTAN a essuyé ses pertes militaires les plus lourdes depuis plus d'un an en Afghanistan, avec la mort samedi de huit soldats américains dans de violents combats qui ont aussi coûté la vie à deux soldats et un policier afghans, tandis que 15 personnes sont aux mains des talibans.

Les affrontements ont eu lieu dans la province du Nouristan, sur la frontière avec les zones tribales pakistanaises où sont cachés des éléments du réseau Al-Qaeda et des talibans.

Les soldats américains tués appartenaient à la «Task Force Mountain Warrior», un régiment d'infanterie légère, a précisé l'OTAN.

Deux soldats afghans ont également été tués, selon la même source, tandis que Jamaluddin Badar, gouverneur du Nouristan, a annoncé la mort d'un policier.

Par ailleurs, 13 policiers afghans, dont le chef de la police du district de Kamdesh où ont eu lieu les affrontements, «ont été pris en otage par les talibans», ainsi que «deux journalistes afghans travaillant pour une radio locale créée par les Américains», a ajouté le gouverneur.

Les talibans avaient lancé samedi matin des attaques contre les forces internationales et afghanes depuis une mosquée et un village du Nouristan.

«Deux avant-postes situés dans une vallée ont été attaqués à partir de plusieurs endroits, dont la mosquée», a expliqué une porte-parole de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf).

Les soldats ont demandé un soutien aérien, et «tous les moyens disponibles», avions et hélicoptères, ont été mobilisés, selon la même source.

Les combats ont duré toute la journée et pendant la nuit.

«Le combat est fini», a déclaré dimanche après-midi le gouverneur. L'armée américaine a confirmé la fin de la «phase active» de l'opération.

Les talibans, environ 700, sont venus de Swat et Dir, au Pakistan, a affirmé à l'AFP Mohammad Farooq, vice-commandant de la police provinciale.

«Je ne peux pas dire combien les talibans étaient, ils étaient un grand nombre. C'étaient des combats très durs», a déclaré un porte-parole militaire américain.

L'attaque a été dirigée par «le gouverneur fantôme de la province pour les talibans, Molavi Dost Mohammad», croit savoir le gouverneur officiel, Jamaluddin Badar.

Les talibans ont affirmé avoir tué 30 soldats étrangers et afghans.

Il s'agit des plus lourdes pertes pour l'OTAN depuis qu'en août 2008 dix soldats français avaient été tués tout près de Kaboul, dans l'incident le plus meurtrier pour l'Isaf depuis son arrivée en Afghanistan fin 2001.

Vendredi, cinq soldats américains avaient déjà péri dans le sud et l'est.

Réagissant à ces décès, le général James Jones, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, a assuré dimanche sur CNN que «l'Afghanistan n'est pas en danger imminent de tomber» entre les mains des talibans.

En 2009, année déjà la plus meurtrière pour les forces internationales depuis leur déploiement, 394 militaires étrangers, dont 236 Américains, sont morts en Afghanistan, d'après un décompte de l'AFP établi à partir du site Internet indépendant www.icasualties.org.

L'insurrection n'a cessé de s'étendre et s'intensifier depuis deux ans, au point que les violences atteignent ces derniers mois des records absolus depuis la chute du régime taliban fin 2001.

Conscient du risque d'enlisement en Afghanistan, le président américain Barack Obama a demandé une nouvelle stratégie. Le général Stanley McChrystal, commandant des forces internationales dans le pays, a récemment remis ses recommandations, parmi lesquelles figure une demande de renforts, jusqu'à 40000 hommes selon des informations de presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer