Présidentielle française: Sarkozy voterait Hollande face à Le Pen

L'ancien président français Nicolas Sarkozy.... (photo FRANCOIS NASCIMBENI, archives AFP)

Agrandir

L'ancien président français Nicolas Sarkozy.

photo FRANCOIS NASCIMBENI, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

L'ancien président français Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017, voterait pour son successeur socialiste François Hollande contre la candidate d'extrême droite marine Le Pen si nécessaire, a-t-il laissé entendre jeudi.

Interrogé sur les médias BFMTV et RMC sur l'hypothèse - peu probable selon les sondages - d'un second tour de la présidentielle entre le Front national (FN) et le Parti socialiste (PS), l'ex-chef de l'État a répondu: « Je n'ai jamais voté pour le FN et je n'ai pas l'intention de le faire ».

Voterait-il pour l'impopulaire président François Hollande ? « pas de gaieté de coeur », a-t-il lâché sans prononcer le nom de celui qui l'a battu en 2012.

« Je pense qu'entre nous avec le FN il y a une barrière infranchissable. Pour eux l'immigration c'est un problème de principe, pour moi c'est un problème de nombre, c'est pas tout à fait la même chose », a expliqué Nicolas Sarkozy.

Ces déclarations apparaissent comme un revirement par rapport à la stratégie dite du « ni-ni » (ni PS, ni FN) défendue par Nicolas Sarkozy lors des derniers scrutins régionaux, et qui revenait à appeler les électeurs de droite à s'abstenir en cas de duel entre l'extrême droite et la gauche.

L'ancien président mène depuis des mois une campagne très à droite, centrée sur l'immigration, l'islam et l'identité et la sécurité, dans l'espoir de gagner la primaire de la droite face à l'ex-premier ministre Alain Juppé, détracteur du « ni-ni » au discours modéré.

Jeudi, Gilles Boyer, le directeur de campagne d'Alain Juppé, a tweeté : « La fin du ni-ni, enfin », avant de saluer « un revirement salutaire ».

« Sarkozy appelle à voter Hollande contre le FN. Au moins les choses sont claires », a pour sa part twitté la députée FN Marion Maréchal Le Pen, dont le parti ne cesse d'accuser la gauche et la droite de connivence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer