Quelque 58 000 Haïtiens pourraient faire face à l'expulsion

Rex Tillerson a informé cette semaine la chef... (PHOTO Jacquelyn Martin, AP)

Agrandir

Rex Tillerson a informé cette semaine la chef par intérim du département de la Sécurité intérieure que les conditions économiques et sécuritaires en Haïti ne nécessitent plus que ces 58 000 migrants restent sur le sol américain.

PHOTO Jacquelyn Martin, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Plus de 300 000 migrants d'Haïti et d'Amérique centrale qui bénéficient d'un permis de résidence spécial aux États-Unis n'ont plus besoin de cette protection a estimé le département d'État américain, ouvrant la porte à leur expulsion, a rapporté vendredi le Washington Post.

Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a informé cette semaine la chef par intérim du département de la Sécurité intérieure (DHS), Elaine Duke, que les conditions économiques et sécuritaires dans ces pays ne nécessitent plus que ces migrants restent sur le sol américain, a rapporté le quotidien, citant des responsables de l'administration Trump s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Le DHS doit décider prochainement d'étendre ou non ce statut spécial dont bénéficient notamment 58 000 Haïtiens suite au tremblement de terre de 2010.

Quelque 57 000 Honduriens et 2500 Nicaraguayens bénéficient également de cette protection obtenue après l'ouragan Mitch qui a dévasté l'Amérique centrale en 1998. Ce statut qui expire au mois de janvier a ensuite été renouvelé plusieurs fois suite à d'autres catastrophes naturelles.

Les bénéficiaires les plus nombreux - environ 200 000 - viennent du Salvador, selon le Washington Post.

Un porte-parole du département d'État a déclaré vendredi à l'AFP qu'aucune décision n'a encore été annoncée et s'est refusé à commenter sur «une délibération interne entre les agences» du gouvernement américain.

La plupart de ces migrants sous statut de protection temporaire sont arrivés aux États-Unis illégalement, mais ont été autorisés à rester et à travailler en raison de l'instabilité dans leur pays d'origine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer