Le secrétaire général de l'ONU appelle à se lever contre le racisme et la xénophobie

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres n'a pas... (Photo Efrem Lukatsky, AP)

Agrandir

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres n'a pas voulu commenter les propos de Donald Trump concernant les violences survenues à Charlottesville. Mais «j'affirme des principes (...): le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme ou l'islamophobie empoisonnent nos sociétés et il est absolument essentiel pour nous tous de nous lever contre eux partout et tout le temps», a-t-il ajouté.

Photo Efrem Lukatsky, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé le monde mercredi à «se lever» contre le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme ou l'islamophobie, en réponse à une question sur le débat qui secoue les États-Unis après des propos controversés de Donald Trump.

Interrogé lors d'un point-presse sur ce qu'il pensait des déclarations du président américain renvoyant dos à dos des groupuscules suprémacistes blancs et des manifestants antiracistes, Antonio Guterres a répondu qu'il ne commentait pas ce que disent des chefs d'État.

Mais «j'affirme des principes (...): le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme ou l'islamophobie empoisonnent nos sociétés et il est absolument essentiel pour nous tous de nous lever contre eux partout et tout le temps», a-t-il ajouté.

«Malheureusement ces démons refont surface un peu partout», a noté le secrétaire général, en allusion implicite aux violences survenues samedi à Charlottesville dans l'est des États-Unis lors d'une manifestation de suprémacistes blancs.

Les propos de Donald Trump sur l'origine de ces violences ont laissé nombre d'élus américains sans voix, y compris dans son camp, alors qu'un profond malaise s'est installé aux États-Unis.

Interrogé sur d'éventuelles pressions américaines pour qu'il ne s'exprime pas trop, Antonio Guterres s'est défendu d'avoir une parole contrainte par la présidence Trump.

«Je n'ai eu aucune pression pour ne pas parler», a-t-il rétorqué. «Il n'y a rien qui puisse m'influencer pour ne pas affirmer les valeurs essentielles de la charte (des Nations unies) et les valeurs essentielles de notre civilisation commune».

«Je dirai ce que je crois être nécessaire indépendamment du fait que cela pourrait ne pas plaire au président d'un pays ou d'un autre», a-t-il précisé.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer