Les États-Unis risquent de devenir une «kleptocratie» sous Trump

Depuis son investiture le 20 janvier, le président Trump... (PHOTO KEVIN LAMARQUE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Depuis son investiture le 20 janvier, le président Trump a effectué de très nombreux séjours dans ses propriétés et ses terrains de golf en Floride ou dans le New Jersey, ou encore dîné dans le Trump International Hotel à Washington.

PHOTO KEVIN LAMARQUE, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis risquent de devenir aux yeux du monde une « kleptocratie » pendant le mandat du président républicain Donald Trump, a prévenu lundi l'ancien directeur du Bureau américain pour l'éthique gouvernementale.

« Ses actions donnent l'apparence qu'il tire profit de sa présidence et, dans ce cas-là, l'apparence est tout », a indiqué Walter Shaub, dans un entretien au quotidien britannique The Guardian.

« Le simple fait que l'on ait à se poser des questions pour savoir s'il utilise sciemment la présidence pour son propre bénéfice est déjà assez mauvais parce l'apparence en elle-même affaiblit la confiance dans le gouvernement », a relevé M. Shaub, qui a démissionné le 6 juillet soit six mois avant la fin de son mandat.

« Cela risque à coup sûr d'inciter les gens à faire référence à nous comme étant une kleptocratie », a-t-il poursuivi. « Les États-Unis devraient vraiment représenter davantage que cela ».

Il a souligné que le président américain ne semblait enfreindre aucune loi mais, selon lui, les entrelacs entre ses affaires et ses intérêts politiques sont problématiques.

« Vous ne pouvez savoir si ses décisions sont motivées par ses objectifs politiques ou ses intérêts financiers », a-t-il remarqué.

À son arrivée à la Maison-Blanche, le président a confié la gestion de son empire immobilier, la Trump Organization, à ses deux fils aînés, Donald Jr. et Eric.

Mais depuis son investiture le 20 janvier, le président a effectué de très nombreux séjours dans ses propriétés et ses terrains de golf en Floride ou dans le New Jersey, ou encore dîné dans le Trump International Hotel à Washington.

« Il est totalement inapproprié qu'il gère un hôtel qu'il loue auprès du gouvernement fédéral », a considéré M. Shaub. « En tant que président, nous ne devriez pas faire des affaires avec le gouvernement des États-Unis ».

« À ce stade, il est son propre propriétaire », a-t-il relevé, estimant que M. Trump devrait s'abstenir de fréquenter ses propriétés commerciales pendant son mandat.

« Mais il n'est pas disposé à faire cela parce qu'il est trop occupé à aller partout pour faire de la publicité gratuite à ses propriétés », a déploré M. Shaub.

Des médias américains avaient rapporté en janvier que l'adhésion à son club privé de Mar-a-Lago en Floride - où il s'est rendu plusieurs fois depuis, y compris avec des dirigeants étrangers - a doublé juste après son investiture à 200 000 dollars par an.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer