«Pas efficace»: la Maison-Blanche supprime l'aide aux élèves démunis

«Il n'y a pas de preuves solides que... (PHOTO Mark Makela, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«Il n'y a pas de preuves solides que ce programme atteint ses objectifs, dont celui d'améliorer les performances des élèves», est-il expliqué dans la proposition de budget, qui avance que sa suppression permettrait d'économiser 1,2 milliard de dollars.

PHOTO Mark Makela, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le ministre américain du Budget a affirmé jeudi que rien ne démontrait l'efficacité du soutien scolaire destiné aux enfants démunis, qui y reçoivent parfois leur seul repas de la journée, afin de justifier la suppression d'un programme public s'occupant de plus d'un million d'écoliers.

Les programmes publics de soutien scolaire «sont censés aider les enfants qui n'ont pas à manger à la maison à être nourris pour pouvoir progresser à l'école. Et bien, devinez quoi? Il n'y a aucune preuve concrète qu'ils le fassent», a déclaré Mick Mulvaney, directeur du Bureau de la gestion et du budget de la Maison-Blanche, lors d'une conférence de presse.

Il présentait la proposition de budget 2018 de Donald Trump, qui doit encore être approuvée par le Congrès. Ce projet inclut l'élimination du programme «21st Century Community Learning Centers» qui, selon le site du ministère de l'Éducation, prend en charge plus d'un million d'enfants et d'adolescents.

«Il n'y a pas de preuves solides que ce programme atteint ses objectifs, dont celui d'améliorer les performances des élèves», est-il expliqué dans la proposition de budget, qui avance que sa suppression permettrait d'économiser 1,2 milliard de dollars.

Le ministre du Budget a également défendu les coupes prévues dans une enveloppe destinée notamment à financer la distribution de repas à des personnes âgées dans le besoin, estimant qu'il «n'y a juste pas de résultats démontrés».

Une alliance d'organisations publiques et privées défendant le soutien scolaire public, Afterschool Alliance, a rapidement dénoncé «une trahison des millions d'élèves et de parents qui dépendent de ces programmes d'apprentissage».

«Cette proposition dévasterait les familles où les parents travaillent», a-t-elle écrit dans un communiqué. «Elle ne se préoccupe malheureusement que du court terme et bafoue la promesse du président de rendre notre pays plus sûr».

Les inégalités sont criantes dans les écoles américaines, où les enfants issus de familles démunies trouvent parfois leur seul repas de la journée.

Plus de 31 millions d'élèves ont reçu en 2012 des repas moins chers ou gratuits grâce à un programme national financé par des fonds fédéraux, le «National School Lunch Program», soit près de 10% de la population américaine.

Une étude de l'université de Harvard estimait en 2008 que ce type de programmes de soutiens après l'école aidait non seulement à améliorer les résultats scolaires, mais faisait également baisser le risque que les élèves tombent dans la violence, la drogue et l'alcool.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer