Trump souhaite dans une lettre «une relation constructive» avec la Chine

Le président Donald Trump a envoyé à son homologue Xi Jinping une lettre dans... (Photo Andy Wong, Associated Press)

Agrandir

Photo Andy Wong, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le président Donald Trump a envoyé à son homologue Xi Jinping une lettre dans laquelle il souhaite une «relation constructive» entre les États-Unis et la Chine, après des accès de tension survenus depuis son élection.

Ce courrier remercie «le président Xi pour sa lettre de félicitations envoyée à l'occasion de l'investiture du président Trump et souhaite au peuple chinois une heureuse Fête des Lanternes et une prospère Année du Coq», a indiqué un porte-parole du président américain.

La traditionnelle Fête des Lanternes met fin aux célébrations du Nouvel An chinois, tombé cette année le 28 janvier.

Dans sa lettre, «le président Trump a indiqué qu'il se réjouit de travailler avec le président Xi pour développer une relation constructive qui bénéficie aussi bien aux États-Unis qu'à la Chine», a déclaré le porte-parole.

Cette lettre semble refléter une volonté d'améliorer l'atmosphère des relations sino-américaines, marquées par plusieurs sujets de tension depuis que M. Trump a été élu président.

«Nous remercions vivement le président Trump pour ses voeux adressés au président Xi Jinping et au peuple chinois», a réagi jeudi Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

«La coopération est le seul choix possible pour les deux pays. La Chine souhaite travailler avec les États-Unis (...) afin d'accroître notre coopération et de maîtriser nos divergences», a-t-il souligné lors d'une conférence de presse.

Après sa victoire à l'élection de novembre, mais avant son investiture, M. Trump a sérieusement irrité Pékin en acceptant un appel téléphonique de félicitations de la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen.

Au nom du «principe de la Chine unique», Pékin refuse que ses partenaires entretiennent des relations diplomatiques avec l'île, qu'il considère comme une province rebelle.

Mais M. Trump a déclaré en décembre qu'il ne se sentait pas nécessairement tenu par ce principe.

Les États-Unis ont rompu en 1979 leurs relations diplomatiques avec Taïwan et reconnu le régime communiste de Chine continentale comme la seule autorité légitime chinoise. Mais Washington continue d'avoir des échanges commerciaux avec Taïwan et de lui vendre des armements.

Par ailleurs, la nouvelle administration américaine s'est montrée critique envers l'attitude de Pékin dans les différends territoriaux en mer de Chine méridionale.

Le nouveau secrétaire à la Défense James Mattis a réitéré le 4 février à Tokyo l'engagement des États-Unis à défendre leur allié japonais en cas de heurts sino-japonais à propos d'îles disputées en mer de Chine orientale.

En réponse, Pékin a accusé les États-Unis de risquer de déstabiliser la région.

De plus, l'administration Trump accuse Pékin de pratiques commerciales déloyales et a menacé de prendre des mesures de rétorsion.

Le président Xi, pour sa part, a implicitement critiqué au forum économique de Davos (Suisse) les tendances protectionnistes de Donald Trump.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer