Donald Trump songe à demander conseil à Bill Clinton

Dans un entretien sur CBS, une journaliste a... (Photo Reuters)

Agrandir

Dans un entretien sur CBS, une journaliste a demandé à Trump s'il envisageait de prendre également conseil auprès de Bill Clinton. «Certainement, j'y réfléchirai certainement», a répondu le républicain.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le président américain élu Donald Trump n'a pas écarté la possibilité de demander conseil à l'ex-président Bill Clinton, après avoir reçu un appel «très aimable» de l'époux de sa rivale démocrate qu'il avait accusée des pires maux, selon des extraits d'une interview diffusés vendredi.

Jouant l'apaisement après une campagne présidentielle au ton d'une violence inédite, Donald Trump s'était déjà dit jeudi impatient de recevoir les conseils du président Barack Obama, «un homme très bien», après l'avoir rencontré à la Maison-Blanche.

Dans un entretien sur CBS, qui sera diffusé dans son intégralité dimanche, la journaliste Lesley Stahl demande au républicain s'il envisage de prendre également conseil auprès de l'ancien président démocrate Bill Clinton.

«C'est quelqu'un de très talentueux, enfin, c'est une famille très talentueuse. Certainement, j'y réfléchirai certainement», a répondu le républicain qui a remporté l'élection mardi et prendra ses fonctions le 20 janvier.

La question suit une confidence de l'extravagant milliardaire, qui a raconté que Bill Clinton l'avait appelé pour le féliciter.

«Et il n'aurait pas pu être plus aimable. Il a dit que ça avait été une course incroyable. L'une des plus incroyables qu'il ait jamais vues. Il était très, très, vraiment, très agréable», dit Donald Trump à la journaliste.

À propos de l'appel d'Hillary Clinton pour reconnaître sa défaite dans la nuit de mardi à mercredi, Donald Trump n'économise pas non plus ses louanges pour celle qu'il a pourtant surnommée pendant la campagne «Hillary la crapule» et traité de «teigne», pendant que ses partisans hurlaient «Enfermez-la» à chaque mention de son nom.

«Alors Hillary m'a appelé et c'était un appel charmant, et un appel difficile pour elle, je peux imaginer. Plus dur pour elle que ce que ça aurait été pour moi. Enfin pour moi, ça aurait été très très difficile. Elle n'aurait pas pu être plus agréable. Elle a juste dit "Félicitations Donald, bon travail"», dit-il à CBS.

«Et j'ai dit: "je veux vous remercier sincèrement, vous avez été une grande adversaire". Elle est vraiment forte et très intelligente», a poursuivi Donald Trump.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer