Nouveau revers pour SpaceX après une explosion à cap Canaveral

Un large panache de fumée noire s'échappait encore... (photo GirlieToNerdy, twitter/REUTERS)

Agrandir

Un large panache de fumée noire s'échappait encore du site deux heures après l'explosion.

photo GirlieToNerdy, twitter/REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Leila MACOR, Jean-Louis SANTINI
Associated Press
MIAMI et WASHINGTON

SpaceX a connu de nombreux succès ces derniers mois, mais l'explosion jeudi de son lanceur Falcon 9 sur son pas de tir en Floride, 15 mois après un premier accident de sa fusée, est un sérieux revers pour la société californienne.

« La perte de Falcon aujourd'hui est intervenue durant les opérations de remplissage des réservoirs », a tweeté Elon Musk, patron-fondateur de SpaceX.

« L'origine (de l'explosion) se situe autour du réservoir d'oxygène de l'étage supérieur. Cause pour le moment inconnue ».

La fusée a explosé alors qu'elle était en phase de préparation avant le lancement d'un satellite prévu samedi.

« SpaceX peut confirmer que lors des préparatifs pour un essai statique de mise à feu des moteurs, une anomalie s'est produite qui a résulté dans la perte du véhicule et de son chargement », a précisé Phil Larson, porte-parole de SpaceX. « Conformément aux procédures d'usage, le pas de tir a été évacué et personne n'a été blessé ».



Un large panache de fumée noire s'échappait encore du site deux heures après l'explosion. Des images diffusées à la télévision montrent que la fusée est toujours debout, mais que le tiers supérieur a été lourdement endommagé.

Des vibrations ont été ressenties dans des immeubles.

Une porte-parole de la NASA a indiqué à l'AFP que les services d'urgence du Centre spatial Kennedy tout proche surveillaient la situation et procédaient à des analyses de l'air pour assurer la sûreté des employés.

La direction du Centre spatial a recommandé à tout le personnel de rester à l'intérieur des bâtiments jusqu'à nouvel ordre.

Le «satellite de Facebook» détruit

Falcon devait lancer le satellite israélien de communication Amos-6, qui aurait été le plus lourd jamais mis sur orbite par SpaceX avec ses 5,5 tonnes. Il aurait notamment été utilisé par Facebook pour développer l'accès à internet en Afrique.

« Alors que je suis ici en Afrique, je suis très déçu d'apprendre que le lancement raté de SpaceX a détruit notre satellite, qui aurait pu offrir une connexion à tant d'entrepreneurs et à tout le monde à travers le continent », a regretté le patron-fondateur du réseau social Mark Zuckerberg sur sa page Facebook.



Dix-huit vols réussis

SpaceX, créée en 2002 par le milliardaire Elon Musk, avait connu un premier revers le 28 juin 2015 avec l'explosion de Falcon 9 peu après son décollage de Floride lors du lancement de sa capsule Dragon vers la Station spatiale internationale (ISS) pour une mission d'approvisionnement.

C'était le premier accident de sa fusée après 18 vols réussis. L'entreprise a signé un contrat de 1,6 milliard de dollars avec la NASA pour 12 missions d'approvisionnement de l'ISS. Elle en a déjà réalisé la moitié.

Cet incident « est clairement un nouveau revers », a jugé l'expert John Logsdon, ancien directeur du Space Policy Institute à l'Université George Washington.

Mais il a estimé qu'il était « beaucoup trop tôt pour déterminer son ampleur et le délai nécessaire avant que SpaceX reprenne ses vols ».

Cependant il est certain que les prochains lancements seront retardés afin de déterminer la cause du problème.

Avant cette explosion, SpaceX prévoyait six lancements d'ici janvier, dont un vers l'ISS pour sa capsule d'approvisionnement Dragon.

Depuis la reprise de ses vols cette année à la suite de l'accident de juin 2015, SpaceX a réussi huit lancements, parvenant à six reprises à récupérer le premier étage de Falcon 9, en faisant revenir l'engin sur Terre en douceur pour pouvoir le réutiliser.

Mission vers Mars

SpaceX entend ainsi fortement réduire les coûts de lancement et bouleverser ce secteur dominé pour les satellites commerciaux par le français Arianespace, qui détient environ 50 % du marché mondial, et par United Launch Alliances, partenariat entre Lockheed Martin et Boeing qui monopolise le lancement des satellites militaires américains.

SpaceX a ainsi signé cette semaine son tout premier contrat pour lancer un satellite luxembourgeois avec une fusée Falcon 9 ayant déjà volé. Elon Musk, envisage de réduire d'environ 30 % le prix du lancement s'il recycle un premier étage déjà utilisé.

John Logsdon a relevé que le pas de tir endommagé dans l'accident de jeudi n'était pas celui qui sera utilisé par SpaceX pour son vaisseau Crew Dragon, qui devrait envoyer pour la première fois fin 2017 des astronautes à l'ISS pour le compte de la NASA.

« Étant donné que SpaceX travaille pour fournir à la NASA un moyen de transport, pas seulement pour du fret, mais aussi pour des astronautes vers l'ISS, il est crucial qu'elle tire les enseignements de ces échecs », a conclu Loizos Heracleous, professeur de stratégie à la Warwick Business School qui a travaillé avec la NASA.

Elon Musk, dont l'ambition affichée est de rendre les voyages dans l'espace abordables, prépare également une mission vers Mars. Il prévoit d'y envoyer un premier vaisseau non habité en 2018, suivi dès 2024 d'un vol avec des astronautes à bord.



Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer