Sept blessés lors d'un rassemblement néo-nazi à Sacramento

Une bataille à l'arme blanche a éclaté entre... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Une bataille à l'arme blanche a éclaté entre quelque 25 néo-nazis et plus de 150 contre-manifestants anarchistes et «anti-fascistes».

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
San Francisco

Sept personnes ont été blessées, dont deux grièvement, lors d'affrontements entre des néo-nazis et des contre-manifestants devant le Capitole de l'État de Californie.

Des protestataires se sont opposés au rassemblement de suprématistes blancs devant le Capitole, siège du gouverneur et de la législature de Californie qui se trouve à Sacramento, capitale de l'État, a déclaré Chris Harvey, porte-parole des pompiers de Sacramento.

Plusieurs des patients hospitalisés présentent «des blessures graves par arme blanche», ont indiqué les pompiers de Sacramento sur leur compte Twitter.

Il n'a pas été possible de déterminer immédiatement auquel des deux groupes antagonistes les blessés appartenaient.

Selon le quotidien local The Sacramento Bee, une bataille à l'arme blanche a éclaté entre quelque 25 néo-nazis, qui avaient l'autorisation de se rassembler devant le Capitole, et plus de 150 contre-manifestants anarchistes et «anti-fascistes».

Le Los Angeles Times a indiqué que le rassemblement avait été convoqué par un groupe appelé Traditionalist Worker Party qui milite pour la suprématie des Blancs et contre l'immigration.

Des vidéos et des photos postées sur Internet ont montré une foule de plus en plus violente, certains frappant leurs adversaires avec ce qui semble être des battes ou des morceaux de bois, pendant que d'autres lançaient des pierres.

Sur une vidéo postée par le Sacramento Bee, un homme noir, blessé et ensanglanté, était secouru par des manifestants alors qu'il était allongé sur le trottoir.

La chaîne CNN a diffusé une vidéo montrant deux hommes blancs, du sang coulant de leurs crânes rasés, escortés par la police.

Dans un communiqué diffusé par CNN, le leader du Traditionalist Worker Party, Matthew Heimbach, a déclaré que «les anti-fascistes ont utilisé des couteaux, des bouteilles, des briques, des morceaux de béton qu'ils ont arrachés d'un chantier».

Il a affirmé que les membres de son groupe avaient été attaqués et s'étaient «défendus pour faire fuir les assaillants».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer