À Louisville, Muhammad Ali incarne le «véritable islam»

Un homme dépose un portrait du légendaire boxeur... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Un homme dépose un portrait du légendaire boxeur au pied du Muhammad Ali Center, à Louisville, au Kentucky.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien BLANC
Agence France-Presse
Louisville

À une époque où les musulmans sont souvent caricaturés en Amérique, Muhammad Ali symbolisait mieux que quiconque le visage réel de l'islam, pacifique et universel, affirment des habitants de la ville où il a grandi.

Dimanche, au surlendemain de la mort du boxeur de légende à l'âge de 74 ans, ils sont encore des centaines à défiler devant la maison de son enfance ou devant le centre culturel construit en son honneur.

Ils continuent de déposer des fleurs, des lettres, des dessins, certains représentant un papillon en référence à la phrase culte de Muhammad Ali: «Vole comme le papillon, pique comme l'abeille».

«En tant que musulman, je pense qu'il est pour nous crucial de compter une telle personne parmi les gens importants, quelqu'un que tout le monde connaît et qui nous donne une bonne image», confie Hamza Shah, un médecin de Louisville.

«En raison de l'actualité, ce qu'on voit dans les médias donne au contraire une mauvaise image des musulmans», poursuit-il, en précisant qu'Ali symbolisait «l'islam authentique».

Baptisé Cassius Clay à sa naissance dans un quartier noir de Louisville, à l'époque de la ségrégation raciale, le boxeur a été élevé selon des préceptes baptistes. Il s'est converti à la foi musulmane en 1964, changeant son nom pour celui de Muhammad Ali.

Depuis début 2015, des attaques jihadistes commises à Paris, San Bernardino en Californie, Bruxelles ou ailleurs ont contribué à augmenter la défiance d'une partie des Américains à l'égard du monde islamique.

Le candidat républicain à la Maison-Blanche, Donald Trump, a fait de cette crainte un fonds de commerce électoral, disant même vouloir interdire temporairement aux musulmans d'entrer sur le territoire américain et déclenchant ainsi une indignation internationale.

«En tant que musulmans, nous devons nous dresser contre ceux qui se servent de l'islam pour leurs propres desseins personnels», avait répliqué à l'époque Muhammad Ali.

Quand il a appris le décès de The Champ, Syed Hussain Shaheed a tout laissé tomber pour se rendre à Louisville.

Muhammad Ali prend la parole lors d'une convention... (ARCHIVES AP) - image 2.0

Agrandir

Muhammad Ali prend la parole lors d'une convention de la Nation of Islam, à Chicago, en 1968. Assis derrièe lui, le dirigeant du mouvement, Elijah Muhammad.

ARCHIVES AP

Cet imam de Chicago est venu entouré de quelques autres religieux, habillés de blanc et coiffés d'une calotte.

Ensemble, ils se recueillent devant une installation artistique face au bâtiment du Muhammad Ali Center, où le public dépose des bouquets.

De l'Arabie à l'Indonésie 

Muhammad Ali «était célèbre pour de multiples raisons, mais la principale c'est qu'il a embrassé la religion musulmane», affirme l'imam de nationalité américaine.

The Greatest, explique-t-il, est respecté du Pakistan à l'Indonésie, de l'Arabie Saoudite à la Malaisie et dans de multiples pays africains, pour les valeurs qu'il a toujours mises en avant.

«Il n'a jamais voulu tuer personne», ajoute-t-il en référence au refus de Muhammad Ali de servir sous les drapeaux, une posture qui lui a fait perdre durant plusieurs années son titre mondial de champion.

«Il a toujours lutté pour la vérité et, dans les pays musulmans, on aime les personnes droites, mais également capables d'affection et de pardon», conclut l'imam Shaheed.

Ce message de tolérance et de compassion a rassemblé dimanche des responsables de différents cultes pour une rencontre inter-religieuse dans un centre islamique de Louisville.

Etaient notamment représentées différentes branches du protestantisme, le catholicisme et le judaïsme, ainsi que des organisations éducatives.

«Au moment où un candidat au poste le plus puissant du monde nous pousse à craindre les gens différents, nous avons besoin de la voix et de la présence de Muhammad Ali», a déclaré l'un des intervenants, le révérend Derek Penwell, de l'Eglise des Disciples du Christ.

Déjà après les attentats du 11 septembre 2001, Muhammad Ali avait osé parler d'une voix forte pour mettre en garde contre toute tentation d'amalgame.

«L'islam n'est pas une religion meurtrière, l'islam signifie la paix. Je ne peux pas m'asseoir à la maison et regarder les gens étiqueter les musulmans comme la cause de ce problème», avait-il lancé.

Bernie Sanders, le candidat en seconde place des primaires démocrates, a de son côté rappelé que l'icône de Louisville n'était pas qu'un athlète hors norme ni qu'un immense champion de la lutte pour les droits civiques.

«Aux partisans de Donald Trump qui estiment possible de dire qu'ils adorent Muhammad Ali mais détestent les musulmans, je rappelle que Muhammad Ali était un musulman très pieux, pour qui la religion était une chose centrale», a affirmé le sénateur du Vermont.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer