Obama ne croit pas aux chances de Trump d'accéder à la Maison-Blanche

À plusieurs reprises, le présidnet Obama, qui s'est... (PHOTO PABLO MARTINEZ MONSIVAIS, ARCHIVES AP)

Agrandir

À plusieurs reprises, le présidnet Obama, qui s'est tenu jusqu'ici à l'écart de la campagne visant à désigner son successeur en novembre, a dénoncé les propos Donald Trump sur les immigrants, l'accusant de «souffler sur les flammes de l'intolérance».

PHOTO PABLO MARTINEZ MONSIVAIS, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

«Revenez me voir quand il aura gagné»: le président américain Barack Obama ne croit pas aux chances de Donald Trump, en tête dans les sondages dans le camp républicain, d'accéder à la Maison-Blanche.

La président américain, au pouvoir depuis sept ans, se sent-il responsable de l'état d'esprit du pays qui a permis à un candidat comme le magnat de l'immobilier d'émerger au cours des derniers mois?

«Le message que Donald Trump met en avant a eu un certain écho (au sein de la population américaine, NDLR) à de nombreuses reprises dans notre histoire», souligne M. Obama dans un entretien à l'émission Today diffusée sur NBC.

«Mais j'ai confiance dans le fait que l'écrasante majorité des Américains sont favorables à des politiques qui nourrissent nos espoirs et pas nos craintes, qui nous rassemblent plutôt qu'elles nous divisent, qui ne se résument pas à des solutions simplistes et à la recherche de boucs émissaires», ajoute-t-il.

Extrait de l'entretien accordé par Obama (anglais)



À plusieurs reprises, M. Obama, qui s'est tenu jusqu'ici à l'écart de la campagne visant à désigner son successeur en novembre, a dénoncé les propos du milliardaire sur les immigrants, l'accusant de «souffler sur les flammes de l'intolérance».

Début décembre, la Maison-Blanche avait réagi avec une virulence inhabituelle aux déclarations du candidat républicain proposant d'interdire temporairement l'entrée des États-Unis aux musulmans, dans la foulée de l'attentat de San Bernardino (Californie) qui a fait 14 morts.

«Ce qu'a dit Donald Trump le disqualifie pour être président», avait lâché Josh Earnest, porte-parole de M. Obama, dénonçant des propos «cyniques», «destructeurs» et «moralement répréhensibles».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer