La frontière mexicaine moins poreuse, selon l'administration

Les arrestations de sans-papiers par la police des frontières américaine près... (Photo AP)

Agrandir

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les arrestations de sans-papiers par la police des frontières américaine près de la frontière mexicaine ont baissé de près d'un tiers en 2015, un signe selon l'administration américaine que la frontière est de moins en moins poreuse.

Selon des statistiques publiées mardi par le département de la Sécurité intérieure (DHS), les arrestations de clandestins par la police des frontières américaine, pour l'essentiel dans la zone frontalière avec le Mexique, ont diminué de 30% sur l'année fiscale 2015, à 337 117.

Il s'agit du deuxième chiffre le plus bas depuis 1972 et d'un recul de 80% sur le dernier pic d'arrestations, en 2000, selon le DHS.

«D'une manière générale, cette diminution indique que les investissements effectués dans la sécurisation de la frontière» de 3.200 kilomètres avec le Mexique «sont efficaces et que nous voyons moins de tentatives de la traverser illégalement», a indiqué un haut responsable du DHS.

Sur les 337 117 personnes arrêtées, 188 122 étaient mexicaines, 57 160 guatémaltèques, 43 564 salvadoriennes et 33 848 honduriennes notamment.

Le nombre de mineurs interceptés a nettement fléchi de 41% (39 838) en 2015, après un pic en 2014. Le président Obama avait dû demander l'aide du Mexique pour faire face à l'afflux de dizaines de milliers de mineurs non accompagnés à la frontière.

L'immigration clandestine est un thème sensible de la vie politique américaine, en particulier dans le camp républicain où les candidats sont divisés sur l'attitude à adopter face aux sans-papiers, entre fermeté et attitude plus ouverte pour tenir compte de l'électorat hispanique.

Barack Obama de son côté a décidé il y a un an d'agir par décret, pour offrir à quelque 5 millions d'immigrants en situation irrégulière une perspective de régularisation.

La Cour suprême va devoir se prononcer sur la légalité de ces décrets.

Quelques 11 millions de personnes, dont une grande partie de Mexicains, vivent et travaillent clandestinement aux États-Unis, certains depuis de très longues années.

Selon les statistiques publiées mardi par le DHS, les États-Unis ont reconduit à la frontière 462 463 personnes en situation illégale en 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer