Un aérostat à la dérive pendant plusieurs heures est revenu au sol

L'aérostat, qui fait partie d'un système expérimental de... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

L'aérostat, qui fait partie d'un système expérimental de défense anti-aérienne des États-Unis, a rompu ses amarres vers 16 h 20 GMT (12 h 20, heure de Montréal) dans le Maryland.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un gros aérostat de surveillance militaire a rompu ses amarres et a dérivé plusieurs heures mercredi dans le ciel de l'est des États-Unis, avant de revenir au sol, a indiqué l'armée américaine.

Embarrassante pour l'état-major, la courte odyssée du dirigeable espion a été suivie en direct par les médias américains, suscitant également un vif intérêt sur les réseaux sociaux.

Finalement l'appareil « a touché terre dans le comté de Montour », dans l'État de Pennsylvanie, a annoncé Scott Miller, porte-parole du Norad, le commandement militaire chargé de la sécurité aérienne des États-Unis et du Canada.

Une journaliste de la chaîne WNEP-TV a posté une photographie de ce qui ressemble à un morceau de la structure du ballon, accroché dans un arbre.

L'aérostat, qui fait partie d'un système expérimental de défense antiaérienne des États-Unis, avait rompu ses amarres à 15 h 54 GMT dans le Maryland, selon la base militaire censée le contrôler.

L'armée américaine a fait décoller deux avions de combat, pour suivre les mouvements du ballon, qui a pris la direction du nord.

« Toute personne apercevant l'aérostat est priée de composer immédiatement le (numéro d'urgence) 911 », avait précisé un porte-parole militaire.

« Deux F-16 contrôlent la trajectoire de l'aérostat » de 74 mètres de long, « qui se tient à environ 16 000 pieds » (4900 mètres) d'altitude, avait auparavant indiqué dans un communiqué le Norad.

« Les responsables du Norad travaillent étroitement avec les responsables de la FAA », qui contrôle le trafic aérien américain, « pour assurer la sécurité du trafic aérien », avait aussi insisté le Norad.

Le dirigeable traînait sous son enveloppe environ deux kilomètres de câble.

« La population est prévenue de conserver une distance de sécurité avec l'appareil et ses amarres, étant donné qu'entrer en contact avec eux pourrait être dangereux », avait ajouté le porte-parole de la base d'Aberdeen.

Le dirigeable a survolé l'État de Pennsylvanie, où son câble a marqué une empreinte sur le sol en traînant, selon des photos publiées sur internet.

Des coupures de courant ont été constatées dans la zone de la petite ville de Bloomsburg, au nord-ouest de Philadelphie.

Le JLENS, le système de défense antiaérienne dont fait partie le ballon, est destiné notamment à détecter les missiles de croisière, avions et drones ennemis, mais aussi des bateaux et des chars d'assaut.

La position en hauteur du ballon permet aux capteurs de déceler ces menaces « au-delà de l'horizon », selon le Norad.

Les internautes ont commenté avec humour et moqueries la dérive en plein air du dirigeable, joyau technologique devenu pourtant incontrôlable.

« Avez-vous entendu parler d'une grosse baudruche vide valant des milliards de dollars parcourant les États-Unis? Mais assez parlé de Donald Trump », a ironisé un internaute, en référence au candidat républicain qui enchaîne les meetings de campagne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer