Propos sur les femmes: Trump n'a pas de temps «pour la rectitude politique»

Donald Trump s'exprime durant le débat télévisé entre... (Photo MANDEL NGAN, AFP)

Agrandir

Donald Trump s'exprime durant le débat télévisé entre les candidats à l'investiture républicaine, jeudi soir, à Cleveland.

Photo MANDEL NGAN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Kellman, Jill Colvin
Associated Press
Washington

Le candidat à l'investiture républicaine Donald Trump affirme qu'il ne se souvient plus avoir utilisé les mots «chienne», «grosse» et «dégoûtante» pour insulter certaines femmes. Pourtant, le milliardaire semble avoir utilisé ces expressions régulièrement dans certaines déclarations publiques et sur son compte Twitter.

Lors du premier débat républicain jeudi soir, la modératrice de Fox News Megyn Kelly a énuméré les insultes qu'il aurait proférées contre certaines femmes et elle a demandé à M. Trump s'il avait le «tempérament» adéquat pour être candidat à la présidence.

L'homme d'affaires a partiellement évité de répondre à la question, et dans une série d'entrevues, vendredi, il a remis en doute les allégations de Mme Kelly, affirmant qu'il ne «reconnaissait pas ces mots» et que son équipe procéderait «sérieusement» à certaines vérifications.

Il n'est pas rare que M. Trump lance des insultes à ceux qui l'ont attaqué. Il encourage d'ailleurs ses admirateurs à faire de même dans son ouvrage Trump: How to Get Rich (Trump: Comment devenir riche). Mais ses attaques ciblent souvent des femmes, surtout en lien avec leur apparence physique.

En 2006, à l'émission Entertainement Tonight, M. Trump avait notamment qualifié l'animatrice Rosie O'Donnell de «dégoûtante autant à l'intérieur qu'à l'extérieur», ajoutant que son visage était «gras et laid».

Au débat, le politicien a reconnu avoir tenu ces propos, mais seulement auprès de Mme O'Donnell. Quand Mme Kelly lui a relancé la question en lui laissant entendre qu'il avait insulté d'autres femmes, il a répondu qu'il n'avait pas de temps «pour la rectitude politique».

Vendredi, lors d'une entrevue avec le réseau américain CNN, Donald Trump a reproché à l'animatrice de Fox News «de ne pas être très intelligente». «Je ne la respecte pas en tant que journaliste», a-t-il lâché.

Une révision de ses propos dans les dernières années permet toutefois de constater qu'il a tenu fréquemment de tels commentaires orduriers - auprès des femmes et des hommes.

Sur son compte Twitter il avait écrit que la rédactrice en chef du Huffington Post, Arianna Huffington, était une «chienne» et que la chanteuse Bette Midler était «dégoûtante». Il avait aussi qualifié la tenue vestimentaire du représentant démocrate Barney Frank de «dégoûtante».

À certaines occasions, M. Trump semble avoir reconnu lui-même qu'il était allé trop loin. En avril, il avait partagé - et supprimé - un tweet d'un autre utilisateur qui avait écrit: «Si Hillary Clinton ne peut pas satisfaire son mari, qu'est-ce qui lui fait croire qu'elle peut satisfaire les États-Unis?»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer