New York: des manifestants réclament des accusations pour la mort d'Eric Garner

M. Garner est mort après qu'un policier eut... (Photo Mary Altaffer, AP)

Agrandir

M. Garner est mort après qu'un policier eut placé son bras autour de son cou pour le contraindre à se mettre au sol.

Photo Mary Altaffer, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frank Eltman
Associated Press
New York

La veuve d'Eric Garner et des centaines de manifestants se sont rassemblés à l'extérieur d'un palais de justice de Brooklyn, samedi, pour réclamer des procureurs fédéraux qu'ils accusent le policier qui a tué M. Garner en l'étranglant, il y a un an exactement.

La manifestation a réuni la famille de M. Garner ainsi que celle d'autres Noirs dont la mort médiatisée a déclenché des vagues de protestation, soit Trayvon Martin, Michael Brown et Ramarley Graham.

Il s'agissait de la seconde journée de manifestation pour souligner l'anniversaire du décès d'Eric Garner, le 17 juillet 2014.

La veuve de la victime, Esaw Garner, a affirmé à la foule qu'elle lui donnait la force de continuer à parler.

M. Garner est mort après qu'un policier eut placé son bras autour de son cou pour le contraindre à se mettre au sol. Un grand jury a décidé de ne pas porter d'accusations contre l'agent. Une enquête fédérale est en cours, mais les manifestants ont affirmé vouloir que des accusations soient portées immédiatement.

Bertha Lewis, fondatrice de l'organisme Black Institute, a rappelé qu'un ancien dirigeant de la FIFA, Jeffrey Webb, faisait face au même tribunal, le jour même, pour des accusations de corruption.

«Si on peut accuser la FIFA, on peut porter une accusation dans le dossier Eric Garner», a-t-elle fait valoir.

Se sont joints au rassemblement des proches de Trayvon Martin, le jeune homme de 17 ans tué en Floride en 2012 par un surveillant de quartier; de Michael Brown, 18 ans, abattu par la police à Ferguson, au Missouri, en août 2014; et de Ramarley Graham, 18 ans, tué par un policier à New York en 2012.

M. Garner a été arrêté sur un trottoir à Staten Island par un policier qui le soupçonnait de vendre illégalement des cigarettes. Daniel Pantaleo lui a entouré le cou de son bras. La scène a été filmée sur un téléphone cellulaire. On peut voir M. Garner dire 11 fois «Je ne peux pas respirer», avant de s'évanouir.

Samedi, des manifestants portaient des t-shirts sur lesquels était inscrit: «Je ne peux pas respirer».

Cette semaine, la famille Garner a conclu une entente de règlement de 5,9 millions $ avec la Ville de New York. Les proches réclament toutefois aussi une réforme du système de justice criminelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer