Obama réclame un système judiciaire plus juste

Barack Obama a livré un discours mardi à... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Barack Obama a livré un discours mardi à Philadelphie devant l'organisation de défense des droits civiques National Association for the Advancement of Colored People.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Philadelphie

Barack Obama a appelé mardi à rendre le système judiciaire américain plus juste, dénonçant l'explosion du nombre d'incarcérations au cours des décennies écoulées et des inégalités flagrantes devant la loi.

«Il y a une longue histoire d'inégalités dans le sytème judiciaire américain (...) nous ne pouvons plus fermer les yeux», a-t-il lancé lors d'un discours à Philadelphie devant quelque 3000 délégués de la NAACP, plus importante association de défense des droits civiques des Noirs américains.

Appelant le Congrès à agir, le président américain a longuement dénoncé les incarcérations de masse au cours des décennies écoulées, en raison, dans de nombreux cas, de peines «disproportionnées par rapport aux délits».

«Les États-Unis comptent 5% de la population mondiale mais 25% de la population carcérale mondiale !», a-t-il insisté, évoquant un taux d'incarcération quatre fois supérieur à celui de la Chine.

«Cela n'a pas toujours été le cas: notre population carcérale a doublé sur les deux dernières décennies», a-t-il encore dit, soulignant que les États-Unis dépensaient 80 milliards de dollars par an pour leur système carcéral.

Mais le président américain a aussi rappelé avec force que ces incarcérations de masses touchaient «de façon disproportionnée» les Noirs et les Hispaniques.

«Les Africains-américains ont plus de chance d'être arrêtés, ils ont plus de chances d'êtres condamnés à des peines supérieures (que les Blancs) pour les mêmes délits», a-t-il lancé.

«Notre système pénal n'est pas juste et nous devons le faire évoluer», a-t-il poursuivi.

Appelant les élus du Congrès a bouger rapidement, il a relevé que des voix de plus en plus nombreuses s'élevaient - chez les démocrates comme les républicains - pour faire évoluer les textes en vigueur.

Lundi, il a commué les peines de prison de 46 Américains, «des hommes et des femmes qui n'étaient pas des criminels endurcis» mais qui ont pour la plupart été condamnés à au moins 20 ans de prison pour trafic de drogue sans violence.

M. Obama visitera jeudi la prison d'El Reno dans l'Oklahoma, devenant le premier président en exercice à se rendre dans une prison fédérale.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer