Un richissime américain avoue son crime dans un documentaire

Robert Durst a été interpellé samedi dans un... (PHOTO AFP/ORLEANS PARISH SHERIFF'S OFFICE)

Agrandir

Robert Durst a été interpellé samedi dans un hôtel de La Nouvelle-Orléans à la demande de la police de Los Angeles, et placé en détention pour le meurtre en 2000 de son amie Susan Brenan, ont indiqué plusieurs médias.

PHOTO AFP/ORLEANS PARISH SHERIFF'S OFFICE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Stephanie GRIFFITH
Agence France-Presse
NEW YORK

Un excentrique milliardaire new-yorkais, soupçonné du meurtre de sa femme et acquitté de celui de son voisin, a été arrêté pour le meurtre d'une troisième personne après avoir avoué, à son insu, les avoir «tous tués» lors du tournage d'un documentaire.

Robert Durst, 71 ans, l'un des héritiers de l'empire immobilier du même nom, a été interpellé samedi dans un hôtel de La Nouvelle-Orléans et placé en détention pour le meurtre de Susan Berman, une amie de sa femme, abattue en 2000 en Californie.

Il devrait être renvoyé devant un tribunal de Los Angeles pour meurtre, a décidé lundi un juge de La Nouvelle-Orléans.

«Bob Durst n'a pas tué Susan Berman», a assuré un de ses avocats Dick DeGuerin. «Il est prêt à faire taire les rumeurs et à être jugé».

Cette arrestation est survenue à la veille de la diffusion par la chaîne HBO du dernier épisode d'un documentaire en six parties consacré à la vie de Durst et intitulé La malchance: la vie et les morts de Robert Durst.

Dans le dernier épisode de cette série, on entend Robert Durst se murmurer à lui-même: «Et merde, qu'est-ce que j'ai fait? Je les ai tous tués, bien sûr», ignorant que son micro sans fil était toujours allumé pendant qu'il était aux toilettes.

C'est un dénouement sensationnel de l'affaire Durst qui tient en haleine les États-Unis depuis plus de 30 ans.

L'homme, connu pour ses excentricités, était fortement soupçonné d'être impliqué dans l'assassinat en 2000 de Susan Berman, fille d'un mafieux de Las Vegas, retrouvée morte d'une balle dans la tête dans sa maison de Los Angeles. La police devait l'interroger le lendemain sur la disparition de la femme de Robert Durst.

Andrew Jarecki, le réalisateur du documentaire, a confié lundi à la chaîne ABC que l'équipe de tournage n'avait découvert cet aveu enregistré à l'insu de Durst qu'en visionnant les séquences tournées il y a trois ans.

«J'étais assis dans la salle de montage avec mes associés et nous avons secoué nos têtes d'étonnement. Ça nous a pris un moment avant de réaliser ce que cela signifiait. C'était vraiment glaçant d'entendre ça», a raconté M. Jarecki.

«Nous étions en contact avec les enquêteurs ces deux dernières années donc quand on a découvert l'épisode des toilettes, nous les avons contactés pour leur dire ''On a du nouveau''», a-t-il encore dit.

Le frère cadet de Robert, Douglas Durst - qui a pris les commandes du groupe familial -, a déclaré que son aîné devait payer pour tous ces crimes.

«Nous sommes soulagés et reconnaissants envers tous ceux qui ont permis l'arrestation de Robert Durst», a-t-il dit dans une déclaration à la chaîne ABC. «Nous espérons qu'il va enfin être tenu responsable pour tout ce qu'il a fait».

Travesti muet

Durst est fortement soupçonné d'être lié à la disparition de sa femme en 1982, mais a toujours nié une quelconque implication.

Il avait été reconnu coupable du meurtre de son voisin Morris Black le 28 septembre 2001, un homme de 71 ans qu'il avait ensuite démembré et jeté dans la baie de Galveston au Texas. Il avait été arrêté quelques semaines plus tard pour le vol d'un sandwich et de pansements valant 5 dollars, alors qu'il avait 38 000 dollars en liquide dans le coffre de sa voiture.

Pour sa défense, Robert Durst qui vivait alors au Texas travesti en femme se faisant passer pour muette, avait invoqué la légitime défense. Il était parvenu à convaincre les jurés qu'il avait découpé le corps de sa victime avec deux scies et une hache parce qu'il était persuadé que la police ne croirait jamais en une mort accidentelle.

Les autorités l'ont arrêté samedi après «l'émergence de nouvelles preuves depuis un an», a indiqué le FBI dans un communiqué, sans évoquer la série documentaire dont le dernier volet a été diffusé dimanche soir.

Les agents du FBI pensent que Durst cherchait à quitter les États-Unis, car il séjournait sous un nom d'emprunt dans l'hôtel où il a été arrêté, payé en liquide, et qu'il était muni de faux papiers, a indiqué une source citée par ABC News.

Durst aurait nié avoir tué Susan Berman.

«Il a affirmé son innocence pendant 10 ans. Rien n'a changé», a assuré son avocat, Chip Lewis, au Washington Post.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer