Chant raciste: l'Université de l'Oklahoma expulse une fraternité

Sur un mur du bâtiment de la fraternité,... (Photo: AP)

Agrandir

Sur un mur du bâtiment de la fraternité, un graffiti appelle à «raser» la maison.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

L'Université de l'Oklahoma, dans le sud des États-Unis, a décidé lundi d'expulser l'une des plus importantes fraternités de son campus après la diffusion d'une vidéo dans laquelle des membres entonnent un chant violemment raciste.

La décision de l'administration intervient 48 heures après les célébrations du 50e anniversaire de la marche de Selma, dans l'Alabama, une date cruciale dans l'histoire de la lutte pour les droits civiques.

Dans la vidéo, les étudiants chantent des paroles très offensantes envers les Noirs et assurent que leur fraternité, Sigma Alpha Epsilon, n'admettra jamais de membre noir.

La direction du réseau Sigma Alpha Epsilon, qui est présent sur plusieurs dizaines de campus et compte 15 000 membres à travers les Etats-Unis, a présenté ses excuses et qualifié le chant d'«inacceptable».

De son côté, le président de l'université de l'Oklahoma, David Boren, a assuré que «si d'aventure des étudiants de l'université étaient impliqués, ce comportement ne serait pas toléré».

«Ce type de comportement est contraire à toutes nos valeurs», a-t-il affirmé.

Selon la chaîne locale KOCO, les membres de la fraternité doivent avoir quitté le campus avant minuit lundi soir.

La vidéo a commencé à faire parler d'elle après sa mise en ligne sur YouTube dimanche par le Unheard Movement, une association afro-américaine de l'université.

La séquence dure neuf secondes et semble avoir été tournée dans un bus. On y voit de jeunes hommes habillés en smoking et une jeune femme blonde entonner le chant.

En revanche, on ignore quand elle a été filmée.

Selon la chaîne KOCO, certains membres de Sigma Alpha Epsilon ont dû quitter la maison qui abrite la fraternité dimanche soir sous protection policière.

Sur un mur du bâtiment, un graffiti appelle à «raser» la maison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer