L'homme accusé d'avoir tué «American Sniper» en procès

Eddie Ray Routh, au centre, risque la prison à... (Photo: AP)

Agrandir

Eddie Ray Routh, au centre, risque la prison à vie sans possibilité de libération.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Fabienne FAUR
Agence France-Presse
Washington

Loin d'Hollywood mais au moment même où triomphe American Sniper au box-office, l'homme accusé d'avoir tué Chris Kyle, le tireur d'élite qui a inspiré le film, passe en procès au Texas.

L'ancien Marine Eddie Ray Routh, 27 ans, est accusé d'avoir tué Chris Kyle, 38 ans, et son ami Chad Littlefield, 35 ans, dans un stand de tir de Glen Rose, au sud-ouest de Fort Worth, le 2 février 2013.

Surnommé la «légende», Chris Kyle est officiellement crédité de la mort de 160 «cibles» lors de ses quatre passages en Irak, mais s'est vanté d'avoir tué 255 personnes.

Son autobiographie à succès a inspiré American Sniper, signé Clint Eastwood, qui triomphe actuellement dans les salles américaines et a engrangé six nominations pour les prochains Oscars, dont celle de meilleur film et de meilleur acteur pour Bradley Cooper dans le rôle-titre.

Les débats du procès devaient commencer mercredi et devraient durer, selon la presse américaine, deux semaines. La sélection des douze jurés s'est conclue lundi.

M. Routh est accusé d'avoir abattu les deux hommes avant de s'enfuir avec la voiture de Chris Kyle. Arrêté le même jour chez sa soeur, il avait confessé les meurtres en affirmant que «des gens suçaient son âme et qu'il pouvait renifler les cochons».

Souffrant de stress post-traumatique, l'ancien soldat avait été pris sous l'aile du tireur d'élite par le biais d'une fondation, FITCO Cares, qu'il avait contribué à créer pour aider les anciens soldats malades.

«Une personne, pas une image de télévision» 

Le jeune homme risque la prison à vie sans possibilité de libération, le procureur Alan Nash ayant annoncé qu'il ne demanderait pas la peine de mort.

S'il est reconnu malade mental, ce que plaidera la défense, il pourrait passer le reste de sa vie en institution psychiatrique.

Le juge Jason Cashon a refusé une demande de la défense de délocaliser et repousser le procès à une date ultérieure, le temps que l'émotion suscitée par le film s'estompe.

Mardi, un des avocats de l'accusé, J. Warren St John, a demandé au jury de juger le jeune homme «comme une personne». «Il n'est pas une image à la télévision», a indiqué l'avocat, cité par le quotidien Dallas Morning News.

«Chris Kyle était un héros mais quoique vous ayez lu ou vu, même si sa mort vous fait mal, vous devrez dire que (Routh) est innocent», a-t-il lancé en expliquant pourquoi il plaidait la maladie mentale.

Le tireur d'élite était déjà devenu célèbre après la sortie de ses mémoires, American Sniper: The Autobiography of the Most Lethal Sniper in U.S. Military History, publiées en janvier 2012.

Le film, qui a engrangé plus de 280 millions de dollars depuis sa sortie il y a sept semaines, a encore rajouté à la notoriété de ce personnage controversé.

Héros pour les uns, salaud pour les autres, cet ancien cow-boy du Texas professait dans son autobiographie sa dévotion à «Dieu, mon pays, ma famille» et avait regretté sans nuances ne pas avoir tué plus de ces «sauvages».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer